Dans les passages parisiens en robe Bristol d’Orageuse Pattern

Ma fille est un peu globe trotter! De vacances, en stages, de week-end en année de césure, d’Erasmus en excursions elle a en trois années roulé sa petite valise aux quatre coins de l’Europe et dans pas mal de capitale.

Alors bien sûr elle est tres sensible aux noms évocateurs des villes étrangères.

Quand je lui ai fait découvrir la marque Orageuse Pattern elle a tout de suite accroché !

Il faut dire qu’avec un look tres tendance cette jeune marque au chic bien parisien a nommé chacun de ses patrons avec le nom d’une grande ville européenne. Chaque collection se présente sous la forme d’un voyage. Il faut reconnaitre aussi que les photos tres soignées façon boutique ainsi que le désign tres moderne du site en fait une marque de patrons qui n’a rien à envier au prêt à porter haut de gamme!

Une marque jeune et moderne qui bouscule tous les à priori sur la couture fait main vieillotte ou amateur !

La philosophie de la marque :

Dans un style minimaliste et urbain, Orageuse propose des modèles contemporains à faire soi-même, pour contribuer à nouer une relation plus personnelle avec la mode.

Chaque patron est directement inspiré des tendances actuelles avec des détails soignés et un petit rien de classicisme qui rend chaque pièce intemporelle. Chaque modèle fait parti d’une collection présentée dans un lookbook avec des photos à faire tomber ! Rien n’est laissé au hasard et on sent un fort degré de professionnalisme qui incite encore plus à nous faire succomber aux charmes des réalisations.

La collection automne 2017 s’appelle Egérie.

Inspirante et inspirée, notre égérie réinterprète les codes du vestiaire masculin (blazer ample, matières et motifs inspirées du style “tailleur” classique, denim, univers sportif…) et invente une silhouette de caractère où les pièces jouent sur les thèmes chers à l’esprit Orageuse – géométrie, détails couture, esprit urbain, épure graphique et féminité subtile.

Je n’ai pas eu à chercher tres loin mon égérie à moi ! Ma fille ayant flashé comme moi par la proposition de la robe Bristol

Comme la plupart des patrons de cette marque , cette robe peut paraitre au premier abord tres simple ! Une petite robe droite toute simple et classique avec son col montant. Et pourtant sa ligne ajustée, sa taille galbée qui suit sans la toucher la ligne du corps,  ses manches montées qui mettent en valeur les épaules font de cette petite robe un vêtement tres couture et un brin sexy du fait de sa longueur (tres, tres courte!)

Chaque détails vient souligner les formes féminines et apportent dans l’élégance et la finesse un chic incontesté !

C’est lors d’un week-end de retour de ma fille que nous avons opté pour ce choix de patron. Ma fille repartant pour Copenhague à la fin du week end elle m’avait laissé le choix du tissu. Le site propose deux version, une dans un tissu un peu chambray jean bleu tres dynamique et une autre dans un crêpe souple chic rouge éclatant. Cette dernière version étant jugée trop « femme », j’ai préféré suivre le premier exemple ne pas prendre trop de risque et coller au plus près avec l’idée que ma fille se faisait du modèle.

C’est encore à L’Atelier de la Creation rue des plantes à Paris que j’ai trouvé mon bonheur !

Un tissu coton chambray (il me semble) fin et souple mais avec une certaine tenue et le petit plus un semis de petits plumetis argentés. Comme vous pouvez le voir l’ensemble est très discret mais apporte juste la touche brillante qui fait son chic.

Il existe deux versions pour le col soit boutonné sur le côté et l’épaule, soit boutonné sur l’épaule et noué au niveau du cou. J’ai choisi de coudre cette seconde version.

Pour ne pas alourdir le boutonnage sur l’épaule et afin de lui donner une touche encore plus couture, j’ai fait le choix de boutons recouverts; Je suis tres fière de ma première expérience et je pense que je recommencerais pour d’autres vêtements. j’ai utilisé pour m’aider le petit appareil Prym qui m’a bien facilité la tache ! Et je trouve le résultat tres tres chic !

Second petit détail soigné de cette robe ce sont les fentes indéchirables des manches. là aussi mes petits boutons recouverts s’inscrivent tres bien dans la continuité des manches arrêtées au coude par un fin bracelet.

J’ai réalisé cette robe en taille 34 sans aucune modification. Mon instinct maternel m’aveuglant en ne voyant que la perfection dans ma progéniture, je n’ai pas regardé les avis des autres couturières ni les barèmes de la marque. Enfin, n’ayant pas ma fille sous la main pour des essais intermédiaires, j’ai cousu d’un trait le patron sans me poser de questions !  Apres meilleure lecture, le patron prévu déjà court est conçu pour une taille de 168 cm. Beaucoup de blogueuses l’ont rallongée (ce que je fais presque automatiquement pour moi d’habitude !). Ma fille tenant de moi au niveau taille fait plus d’1m70 cette robe s’est de suite imposée à ses yeux en tunique au risque de dévoiler un peu trop de son anatomie …

Mais cette version lui donne un look encore plus urbain avec un leggings en simili cuir.

Et au final ma bavure, peut passer pour un «  je l’ai fait exprès » !!!

Les explications sont tres claires et les différentes techniques se font sans problèmes en particulier la fente indéchirable avec son tuto en vidéo. Un véritable pas à pas comme je les aime qui permet de progresser! Le patron est d’un niveau de couture intermédiaire 3 sur 5, mais c’est en fait plus de l’application et de la précision que de véritables difficultés. Mon choix de tissu aidant bien pour des finitions soignées !

Version cousue en novembre, il a fallu que ma fille redevienne parisienne pour réaliser le shooting. C’est dans les Passages Parisiens que nous avons décidé de vous présenter ce modèle. A l’abri des verrières majestueuses et devant les nombreuses boutiques authentiques, il y a comme un petit coté fashion et très parisien dans ce défilé , vous ne trouvez pas ?

Alors vous en pensez quoi de ma version robe-tunique du patron de la robe Bristol Orageuse ?

 Moi, c’est le sourire et la satisfaction de ma fille que je trouve le plus top !

A re-faire pour un autre modèle de la collection …

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Mon gilet Old Romance

Déjà achevé depuis quelque temps je n’avais pas pu vous le présenter encore, mais voilà ma version du gilet Old Romance pattern by Joji Locateli.

C’est un gilet long et droit, en jersey endroit . Son plus, une construction particulière et ses bandes en dentelle sur ses manches .

Dès que je l’ai vu sur de nombreux blogs je suis vraiment tombée in love avec !

( sans coutures !)

J’ai longtemps été stoppé dans mon envie par les explications en anglais et par sa construction originale et particulière. Mais ça, c’était avant !

Maintenant que j’ai gouté (comprenez que j’ai surmonté mon appréhension) aux patrons en anglais je suis devenue une vraie fan ! Limite je recherche les « pattern » aux « patrons » et ceci pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, les constructions sont souvent en circulaires et d’une seule pièce, en top down (haut vers le bas) ou l’inverse en bottom up (du bas vers le haut). On tricote en rond donc sans coutures !

Pour former les empiècements, les encolures, ou les emmanchures, on réalise un jeu de rangs raccourcis.

Et là encore les explications en anglais aident beaucoup, alors que traditionnellement les explications tricots de nos grandes marques françaises nous indiquent des mesures en cm (c’est à dire pour moi du à peu près !) pour faire nos augmentations (ou diminutions selon le sens de montage du pull), les anglophones fonctionnent avec le nombre de rangs à répéter. C’est clair, c’est net et précis ! La tatillonne-maniaco qui sommeille en moi soupire d’aise et de contentement à suivre de telles explications ! Que du bonheur ! Plus la peine de se demander s’il faut tirer ou pas sur son ouvrage pour mesurer correctement, il suffit de savoir compter (utiliser un petit carnet pour bien noter à quel rang on est et on s’arrête peut s’avérer bien utile).

Pas non plus de longs discours, et des blabla inutiles, mais des abréviations : c’est un peu comme un message codé! Inutile en fait de savoir bien parler anglais, il suffit d’avoir un bon lexique des abréviations. d’ailleurs vous pouvez vous amuser à faire le test; une personne qui parle « fluently » l’anglais mais non initiée et familière aux travaux d’aiguilles comprendra bien moins qu’une tricoteuse non versée dans la langue de Shakespeare !

Là ou nous en français on doit écrire « tricoter une maille en jersey endroit », les anglais notent K1. c’est quand même bien plus simple je vous le dis!

Inutile de tout traduire d’un bloc en entier! Mais plutôt comprendre le pourquoi, étape par étape avec un bon lexique. C’est en fait tres ludique !

Bref! un patron en anglais c’est plutôt une autre façon d’envisager le tricot, et moi ça me plait !

Mais revenons à notre gilet.

Je vous le disais ce patron m’avait séduit aussi par sa construction originale : on le commence par les manches et en particulier par les bandes de dentelle !

Aline du blog Aline au pays des mailles y consacre un article tres clair et bien expliqué ici je vous laisse le consulter pour plus de précisions.

Le point de dentelle se répète sur 20 rangs pour former un motif. On va répéter ce motif autant de fois que la longueur souhaitée. Pour celles qui préfèrent le motif est aussi donné sous forme de diagramme.

On relève ensuite les mailles le long de cette dentelle pour former les manches , l’encolure dos et l’encolure devant . Une fois les manches terminées et cousues on va tricoter en rond pour former le corps . Easy !

Pour ma part, je l’ai réalisé en Baby Merinos de Drops

C’est une laine 100 % mérinos issue d’animaux élevés en plein air en Amérique du Sud. Super douce, elle ne gratte pas, elle est parfaitement adaptée à la peau délicate de bébé. Traitée superwash, on peut la laver en machine, elle convient ainsi à un usage quotidien.

8 pelotes de beige et 1 de rose clair

Je l’ai réalisé tres loose ! Un peu trop peut être à voir au porté … mais j’étais tellement fan de la dentelle que j’ai fait les bandes tres looooooongues !!! Ensuite, pour garder des proportions correctes par rapport à mes manches, j’ai réalisé le modèle en taille L.

Pour la petite histoire, vous le savez c’est la mode des grands gilets dans lesquels on aime se blottir et je le souhaitais bien couvrant. Ayant toujours peur ( il faudrait qu’on en parle!) d’avoir un vêtement trop petit je fais toujours une taille au dessus … De ce fait, j’ai eu tres peur au blocage de me retrouver avec une couverture en guise de gilet, mais en le laissant sécher bien à plat, il a gardé des proportions correctes !

Du coup je l’ai vraiment mon grand gilet !

dans lequel je peux vraiment m’emmitoufler comme j’aime !

Pour garder son coté un peu précieux, et pour le fermer (il n’y a pas de boutonnières de prévues), j’aime le porter avec une tres jolie broche façon dentelle en coloris ciel or.

La broche de La Demoiselle d’Octobre fournie avec son kit Cassiopée.

Et il accompagne tres bien ma dernière cousette une petite blouse Salomé du Laboratoire Familial.

Une petite blouse en viscose rose poudré …

Mais ça c’est pour un prochain article !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le grand retour de la broderie … façon 2.0

Apres une fin d’année très riche en couture, et de nombreux projets tricotesques sur mes aiguilles et dans ma bibliothèque raverly, j’ai eu envie en ce mois de janvier de me poser un peu.

Juste tenter d’arrêter le sablier du temps …

Voir le monde dans un grain de sable
Et le paradis dans une fleur sauvage
Tenir l’infini dans le creux de sa main
Et l’éternité dans une heure.

(William Blake)

Et pour ça rien de mieux que la broderie !

J’ai pendant longtemps brodé de façon intensive. Les broderies s’enchaînaient les unes aux autres comme dans mes cercles à broder. Il ne se passait pas un jour sans mes petits points, et mes broderies égayaient mes jours et mes murs et enrichissaient tous mes ouvrages.

Je n’étais pas la seule atteinte du virus ! Mes nombreuses amies de cette période brodaient aussi fanatiquement que moi ! (que toutes celles qui se reconnaissent lèvent la main !!!)

Si ma maman fait partie de la génération 100 Idées, ma grand mère avant elle la génération Modes et Travaux, je me reconnais dans la génération Marie Claire Idées. Mais attention, dans les grandes années, où chaque publication fourmillait de broderies, de patchwork et de nombreuses réalisations textiles . Dans sa formule actuelle, je me retrouve bien moins ! trop de papier, collages et autres activités manuelles qui manquent cruellement pour moi de fils, de tissus et d’aiguilles !

C’était dans ces années, que mon gout pour la broderie s’est développé . Tranquillement nichée au pied des montagnes dans le berceau de la Chartreuse, entre le Vercors, la chaine de Belledone et la majestueuse Chartreuse, dans la petite ville de Voiron, j’ai eu la chance de participer à une incroyable et merveilleuse aventure, au sein de la petite mais réputée mercerie Déco Montgolfier.

De ces années, je garde avec nostalgie le bonheur d’avoir partagé une tres belle histoire au fil de nos broderies et de nos réalisations. Le bonheur d’avoir rencontré et côtoyé des personnes formidables avec qui j’ai partagé nos passions communes.

Le temps a passé ainsi que les modes !

Le tricot, la couture … de nouvelles sources de plaisirs et de nouveauté! De nouvelles techniques à découvrir! La vie est riche en surprises pour ceux et celles qui aiment apprendre.

Mais quand je souhaite me « retrouver », j’aime à sortir mon matériel de brodeuse

Ma trousse, mon cercle, mes aiguilles mon dé et mes petits ciseaux …

  

Et c’est dans un nouveau livre, de Helene le Berre, « Monochromes et camaïeux »

 que j’ai eu l’envie de reprendre l’aiguille

présentation, couleurs, motifs … tout est tendance et donne envie !

Jeu de couleurs et délicatesse des traits, nuances, ombres et lumières… Voici une version sublimée de la broderie, abordée par ses couleurs, telle la palette d’un artiste.
Des compositions tons sur tons aux subtils dégradés, Hélène Le Berre, joue avec les variations d’intensité pour un résultat tout en finesse.
Laissez-vous envoûter par ce paon majestueux, ce paysage enneigé ou encore ce couple d’amoureux…

Le choix a été difficile, mais dicté par une volonté d’un résultat rapide (l’effet couture surement !),

j’ai opté pour un petit motif pour un maximum de plaisirs!

Un joli et délicat papillon aux ailes dorées et bleutées

Brodé et encadré dans mon petit cercle à broder en bois

Il sera surement rejoint par d’autres petits motifs façon cabinet de curiosité.

Je l’ai réalisé sur une toile de lin rose pale 12 fils, pour faire ressortir la délicatesse des tons.

Si le geste n’a pas changé, et le plaisir comme avant, j’ai voulu essayer de nouvelles matières pour renouveler ma façon de broder. (c’est dans la nouveauté que j’aime à travailler)

La broderie dorée a été réalisée avec du fil fil métallisé coloris or des Fils au Chinois de chez Sajou. (je précise que malgré cette appellation ce sont des fils fabriqué en france, et non des fils chinois! Le nom est donné pour l’image d’un dessin de chinois sur les étiquettes en guise de reconnaissance. Si vous souhaitez en savoir plus, tout un article est disponible sur le site maison Sajou ici)

J’ai toujours eu du mal à broder le fil or DMC: difficulté à enfiler les aiguillées, fil qui s’emmêle, et s’effiloche, et effet non régulier au final ! Du coup je fuyais toutes les réalisations contenant du fil métallisé ! Et c’est dommage car en petite touche , l’effet « brillant » apporte beaucoup à un ouvrage …

Mais ici, ce fil présente l’avantage d’être bien plus facile d’utilisation. En effet il est retordu en trois brins de n° 40 ce qui permet d’être brodé sans séparation des brins. Un fil à enfiler c’est quand même bien plus facile !!!  Les aiguillées sont ainsi plus aisées et s’emmêlent moins.

Les autres coloris ont été brodés en fil à broder mouliné retors du Nord.

Sa présentation en carte rend aussi l’utilisation et le stockage bien plus facile qu’avec un écheveau. (c’est tres joli un écheveau mais une fois entamé il faut impérativement enroulé les fils sur une cartonnette si on ne veut pas retrouver un sac de noeuds !!!).

Ceci est ma première expérience avec cette matière, et vu le petit nombre de croix effectué j’ai encore un peu de mal à évaluer la différence de rendu par rapport à mes anciens écheveaux. mais je vais poursuivre l’expérience !

Puis après repassage et amidonnage de ma réalisation,  j’ai de nouveau tendu ma broderie sur mon tambour à broder (ici diamètre 10 cm) et je l’ai fixée sur un rond de molleton pour plus de propreté

Et voilà le travail!

J’ai retrouvé intact le bonheur d’aligner les points pour voir apparaitre peu à peu ma broderie.

Et la délicatesse du motif me donne bien envie de compléter ma collection !

Je dédie cet article à toutes les brodeuses et en particulier à toutes mes amies Voironnaises que j’ai croisé et qui me suivent dans mon coeur !

 

 

 

Mon petit lapin, petit ensemble Ikatee

Lorsque mon ainé était en première section de maternelle il avait appris une petite chanson qu’il nous mimait avec beaucoup de conviction et d’enthousiasme.

Mon petit lapin
S’est sauvé dans le jardin

Cherchez-moi ! Coucou, coucou !
Je suis caché sous un chou
Cherchez-moi ! Coucou, coucou !
Je suis caché sous un chou

Une petite chanson toute simple mais qui est restée depuis dans nos annales familiales. Une référence pour nous que l’on ressort à l’occasion …

Maintenant que mon fils est lui aussi parent, il était naturel que l’on transmette cet héritage à sa fille !

Rappelez vous j’avais déjà craqué pour la marque Ikatee et en particulier pour ce patron, le gilet GRAND’OURS, ici.

Ce patron va vite devenir pour moi, je pense un indispensable pour les petiots ! et avec ces nombreuses variations, j’ai encore de nombreuses réalisations différentes à explorer !!!

Mais pour cette fois, après avoir testé avec succès ce modèle, j’ai repris les memes options pour ma petite princesse : le modèle de petite veste doublée, avec capuche et oreilles de lapin.Je voulais pour cette version beaucoup de douceur et du confort. Mon choix s’orientant vers un jersey.  C’est à L’Atelier de la Création que j’ai trouvé mon bonheur en suivant  les conseils de la vendeuse .  un jersey tout doux imprimé petits lapins sur fond gris vert et et pour la doublure une double gaze vert d’eau. Un combo gagnant au niveau de la facilité de couture et de la douceur !Mais c’est juste pas trop chou ces petits lapinou ????

Pour la petite veste pas de soucis, ayant déjà réalisé le modèle, j’ai suivi la marche à suivre encore bien plus rapidement sans hésitations .

Toujours aussi mimi le petites oreilles !

avec la doublure vert d’eau

Et pour la fermeture des pressions roses (comme le petit bout du nez du lapin !)

Pressions posées avec ma pince magique, la pince Prym

Et voilà, le résultat !

De face

de dos

Et avec la capuche pour un look urbain !

Du coup pour en encore plus de confort j’ai cousu un petit leggings assorti pour faire un vrai petit ensemble !

Mon petit lapin peut aller se cacher !

 

 

 

Comme une envie de douceur avec mon doux Poncho Alice Hammer

Le mois de Janvier commence tout en douceur pour moi …

Apres le tourbillon des fêtes, le besoin et l’envie de me poser un peu, de prendre le temps.

Le temps tout d’abord de vous souhaiter que des bonnes choses pour cette nouvelle année qui commence. Le bonheur de partager plein plein de choses avec vous, par mon blog ou mieux encore en vrai, quand j’ai la chance et le plaisir de vous rencontrer!

Le bonheur de vivre l’instant et les rêves …

Le bonheur de voir et de savoir trouver … Le bonheur !

Apres ces quelques lignes de méditation toute personnelle, descendons de ce petit nuage de douceur et revenons à notre sujet du jour : mon poncho !

Il faisait partie de mes objectifs sur ma liste de ma « garde robe capsule  » dans mon check point de rentrée ici

C’est le modèle doux poncho de la créatrice Alice Hammer Clic-clic

Déjà terminé depuis un petit moment je n’avais pas eu le temps de vous en parler encore! Et pourtant j’ai bien du mal à ne pas le porter en permanence … Un tricot doudou !

D’ailleurs ce n’est pas Cannelle qui vous dira le contraire !

C’est un modèle entre le pull sans manches et le poncho. Super confortable il se porte aussi bien comme « une veste » par dessus un pull pour l’extérieur et les demies saisons, que dessous un manteau (j’ai testé du fait des ouvertures pour les bras, ça passe tres bien !) ou chez soi pour cocooner !

C’est d’ailleurs ce que je fais en ce moment !!!

Avec sa coupe ample un peu boule, son large col roulé et ses deux ouvertures pour les bras, il est confortable et chaud sans courant d’air si vous voyez ce que je veux dire …

Tricoté en jersey endroit sur le devant et le dos, son originalité est dans les épaules (descendant jusqu’au coude) en cotes 1/1 qui permettent de bien délimiter et structurer le vêtement.

On travaille en rond en top down, c’est à dire en partant du haut, le col, tricoté en cotes 2/2 jusqu’à l’ouverture des bras en augmentant progressivement jusqu’aux fentes.

Puis en aller retour le devant et ensuite le dos pour ces emmanchures ainsi crées et on termine de nouveau en rond. Quelques rangs de cotes termine l’ouvrage.

Je l’ai réalisé en tricotant un fil d’Alpaca Silk de Drops (un mélange luxueux d’alpaga brossé et de soie du mûrier) et un fil Alpaca Drops (composé uniquement de doux alpaga).

Cela donne un mélange chaud et doux tres vaporeux ! Exactement ce qui convient à ce type d’accessoire.

L’Alpaca avec sa tension 3 fils donne le coté résistant et la tenue de l’ouvrage alors que le Brushed Alpaca Silk lui donne le coté vaporeux comme une plume !

J’ai utilisé 6pelotes Alpaca coloris 9020 gris clair et 6 pelotes Alpaca Silk coloris 2 beige clair.

J’aime beaucoup aussi le rendu un eu chiné mais pas trop de cette association !

Pour la petite histoire, j’avais acheté 10 pelotes de cet Alpaca au dernier CSF avec ma copinaute Alexia du blog La Demoiselle d’octobre. 

Elle avait acheté également dans un autre coloris la même quantité et nous avions projeté de faire un KAL autour du modèle du Vitamine D. Mais ni l’une ni l’autre n’ayant trouvé le bon échantillon qui convenait pour l’ouvrage, nous avons de concert et avec le meme accord laissé tomber !

Il nous restait ainsi sur les bras les pelotes associées au projet …

Pour ma part, je ne trouvais pas de modèle qui me plaisait avec cette couleur en l’utilisant seule alors que grâce à l’association de ces deux fils le mélange obtenu m’a ouvert un plus large éventail de possibilités …

De plus j’adore tous les accessoires style poncho, cape, cache épaule et autres … Je trouve qu’en plus du coté tres pratique de ce genre de vêtement il est à lui seul l’originalité d’une tenue, le petit truc en plus qui change tout ! le bonus qui donne le ton de l’activité !

Activité qui en ce début d’année rime avec douceur, cocooning et ambiance Hygge !

Je vous souhaite à tous une tres bonne année 2018 !

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Un tutu pour aller danser …

Je pense que ce post sera le dernier de cette année et je vous souhaite à tous de passer de tres bonnes fetes de fin d’année, de bien profiter de chaque instants et de la magie de ces moments …

Faire abstraction du coté commercial pour retrouver les émotions de l’enfance et l’émerveillement face aux petites choses.

Retrouver son âme d’enfant et ses rêves …

Dans mes rêves de petite fille, il y a la Danse

Du plus loin que je me souvienne j’ai toujours voulu danser !

Une passion que j’ai transmise à mes enfants, puisque et c’est en famille que nous participions au gala de fin d’année …

Mais pour revenir au sujet du jour, dans ma passion de la danse il y a en grande partie la fascination pour les tutus !!!

Jusqu’à cette année j’avais réussi à contenir mes envies. Chaque année en cette période de fetes, les modèles ressortaient et chaque année la petite voix me disait:

« tu es trop vieille, tu n’as pas la silhouette … »

gnangnangn

Chaque année je dévorais des yeux ces jupes tutus et ma main faisait bouffer le tulle mais je repartais le coeur lourd et mon sac vide …

Et puis cette année je suis tombée sur ce post DIY TUTU Make MY Lemonade ici,

et je me suis dis: pourquoi pas ?

Cap ou pas cap ?

Cette année j’ai sauté le pas! Cette année j’ai fait péter le tulle !

Le tuto est tres clair avec des photos et des conseils. et toujours sa pointe d’humour ! C’est vraiment ce qui m’a décidé !

Aucune modifications, j’ai juste rallonger la sous jupe et je n’ai pas posé les strass

Il faut avouer que c’est une réalisation tres rapide et tres facile à faire alors pourquoi se priver une année de plus ?

Un petit tour à L ‘Atelier de la création pour trouver le tulle et du voile de coton pour la sous jupe, douceur et légèreté

(merci les vendeuses pour les précieux conseils !)

un élastique noir scintillant lurex pour la ceinture !

Et quelques entrechats plus tard …

… il ne me reste plus qu’à enfiler mes chaussons!

Peut être plus un petit rat …

… mais mon bonheur d’enfance reste intacte et j’ai hâte d’étrenner mon jupon pour le réveillon !

J’ai trouvé d’ailleurs chez Camaïeu le petit haut parfait pour terminer et signer l’ensemble

un petit pull encolure V noir irisé

avec un tres joli dos croisé de larges bretelles

Voilà mon jupon tutu de danseuse

Pour faire danser la petite fille qui sommeille en moi …

Joyeuses fetes et à l’année prochaine !

Merci à Repetto pour ces magnifiques photos qui me font toujours rever …

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

I am Star de Noel en robe Cassiopée !

Les jours passent et je ne suis pas très présente derrière mon clavier, mais tres tres assidue derrière ma MAC !

Les réalisations s’enchaînent les unes aux autres, entraînant encore plus de projets de cadeaux et …  je ne n’arrive même plus à vous les présenter !

Et portant je suis fière de tenir mes objectifs de ma garde robe capsule.

Souvenez vous j’avais craqué pour le lot de plusieurs patrons de la marque I am Patterns la collection complète I Am a Star.

J’avais déjà réalisé la cape Mimosa.

Voici maintenant la robe Cassiopée .

Cette robe est la simplicité même. Des manches chauve souris et une jupe froncée !

Mais c’est  cette simplicité qui en fait tout son charme …

Le patron taille grand et la coupe est « loose », moi qui suis grande j’aime assez ce rendu flou. Si vous aimez les robes ajustées, les pinces soulignant votre silhouette cette robe n’est pas faite pour vous !

Ecoutant les conseils des nombreuses blogueuses l’ayant déjà réalisée, je l’ai coupé une taille en dessous et j’aurai tres bien pu encore descendre encore d’une taille !

J’ai choisi pour cette version (et ben oui je l’ai déjà cousu 2 fois, avec une version pour les beaux jours !), un tissu de l’Atelier Brunette d’une collection précédente une belle viscose halo dusk.

Acheté depuis quelque temps , mon coupon attendait bien patiemment dans mon placard une réalisation à sa mesure.

Mon Homme l’a trouve encore un peu large à son gout, mais moi je l’aime bien comme ça !

Un porté un peu folk un peu bohème, un brin Baby Doll …

Je trouve que l’association de ce patron et de ce tissu donne à ma robe un petit quelque chose de chic et de festif !

La mise en place du sapin et de sa décoration était l’occasion toute trouvée de vous la présenter.

(la fille super fière de son sapin et qui se la pète !)

en version « habillée » avec mes babies Naf Naf

ou en version hivernale ballerines,  collants chauds Calzedonia et mon gilet cache coeur mohair

Toute la magie de Noel et des fetes …

… tient parfois juste dans une boule !

Rever et se dire  pour un jour :

I Am a Star

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer