Pink Floyd pour Selena

Cet été une nouvelle petite fille est née dans mon entourage.

Une jolie princesse au doux nom de Selena.

Comme les fois précédentes, j’ai eu le bonheur de connaitre les parents encore enfants ou adolescents et j’ai été encore tres touchée d’être associée à ce moment privilégié .

La distance géographique ne m’ayant pas permis de rencontrer en vrai cette petite merveille, c’est avec les nouvelles technologies que j’ai pu féliciter parents et grands parents et partager cette félicité.

Si chaque naissance est unique, cette petite fille représente beaucoup pour moi. C’est la fleur sur l’arbre de l’amitié qui me lie à ses parents et grands parents. Savoir que même si le temps passe, si les kilomètres se r’allongent, … entre nous il reste des liens plus forts que tout.

J’ai longtemps hésité sur mon cadeau. Bien sur je voulais quelque chose de fait main, mais je n’avais pas un choix bien précis. Juste des idées …

Comme les fois précédentes, c’est le faire part de naissance qui a été l’élément déclencheur de mon projet. Tous ces mignons flamands roses ont de suite  eu un écho musical et créatif en moi !

Un écho aussi avec ce superbe tissu acheté à L’ Atelier de la Création

Tissu jersey fin aux amusants motifs de flamants roses et rayures blanches sur un fond bleu pastel avec le label Bio. J’attache beaucoup d’importance à mes choix de tissu et en particulier lorsqu’il s’agit des enfants.

Pour le patron, j’ai voulu un petit vêtement féminin, avec de jolis détails mais avant tout pratique (la vie des jeunes mamans n’est pas toujours facile !).

Mon choix s’est encore portée sur la marque Ikatee  et plus précisément le patron Stockolm.

Comme a chaque fois la marque propose plusieurs variations pour chaque modèle. j’ai choisi de réaliser la version blouse (je trouve plus moderne) avec manches longues (l’hiver arrivant …)

C’est toujours un vrai bonheur de coudre ces patrons. Tout est précis et bien ajusté.

J’adore l’arrondi de la taille, qui souligne la rondeur du petit bidou, le boutonnage complet devant qui permet d’habiller bebe bien plus aisément (il faut penser aussi au papa !), le petit col juste à la bonne taille pour ne pas gêner dans les plis du cou, et les manches qu’on peut retrousser facilement et suffisamment large pour pouvoir mettre un petit body à manches longues …

Tout est  vraiment bien pensé !

Il n’ y a plus qu’ à se laisser guider …

Pour compléter, j’ai cousu dans les chutes un petit leggings

Tout simple, avec les finitions de ma surjeteuse !

Pour l’encolure, j’ai choisi un biais contrastant rose vif, qui rehausse les couleurs pastels du motif

Et le boutonnage se fait avec des pressions pour encore plus de facilité !

(on ne pense jamais trop au coté pratique quand il s’agit d’un vêtement bebe! )

Voilà, donc ma nouvelle petite cousette de cette marque et je suis toujours plus que satisfaite du résultat !

  » Créer avec style devient un jeu d’enfant « 

(comme le dit si bien Stephanie la créatrice de la marque )

Je n’ai plus qu’à souhaiter à Selena tout le bonheur du monde !

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mon pull Princess Fiona du haut de mon donjon …

Bonjour tout le monde !

Apres une longue période de veille, je reviens vous donner un peu de mes nouvelles et partager avec vous mes dernières réalisations.

Je n’ai pas été très présente ces derniers temps, j’avoue et ceci pour différentes raisons … ( (et pourtant l’été a TRES productif!!!)

Un nouvel emploi du temps auquel j’ai du m’adapter et faire face, les vacances et la canicule et surtout un petit problème d’hébergement de mes photos. Bref! entre le manque de temps, le découragement de voir mes publications s’effacer … je me suis posée mille et une questions et j’ai un moment été tenté d’abandonner mon blog.

Comme toute blogueuse, la question existentielle : « est ce que j’intéresse mes lecteurs?  » s’est insinuée en moi. Ecrire un article, c’est un travail passionnant mais qui me demande en général pas mal de temps. Entre les séances shooting et la rédaction puis la re-lecture je compte environ 2 bonnes journées. Partager mes passions, c’est quelque chose qui me tient très à coeur. Et j’ai toujours plaisir à écrire. C’est pour moi raconter un peu une histoire.

C’est aussi pour moi l’occasion d’échanger avec des personnes de tous âges, de toutes régions voir de toutes nationalités. Et je trouve ça magique!

Toutes nos conversations à travers vos commentaires sont une force pour moi.

J’aime l’interactivité que l’on peut créer à travers les blogs et les contacts que l’on peut nouer qui peuvent ensuite continuer d’exister dans la vraie vie, la vie réelle. Et ces deniers temps j’ai senti l’absence de nos échanges.

C’est pourquoi j’ai décidé de re-commencer à publier. (Sans garantie, de voir s’effacer mes photos…)

J’espère vous avoir manqué un tout petit peu et j’espère pouvoir continuer à capter votre attention et vous faire partager mon petit univers créatif le temps de la lecture de mes articles … N’hésitez pas à me laisser quelques mots en bas la page !

Apres cette méga introduction, je vous parle quand meme d’une de mes dernières réalisations.

Cette fois ci, une réalisation tricot !

C’est le modèle Princess Fiona pattern by Amy Miller

C’est un pull à la forme simple et légèrement évasée, avec le détail ultra délicat, un panneau en dentelle à tricoter sur un côté.

La réalisation est aussi tres originale et a été pour moi une tres jolie découverte! J’adore apprendre des nouvelles constructions à chaque modèle et avec Amy Miller on est rarement déçu !

Apres une longue réflexion, je ne souhaitais pas un tricot uni, j’ai porté mon choix sur la laine Fabel de Drops et le coloris brume de roses long print 623 

C’est normalement une laine à chaussettes, c’est à dire une laine 75% laine, 25 % polyamide  4 brins traité superwash facile d’entretien

Etant donné la construction particulière du modèle, mon nombre de mailles n’étant pas toujours le meme, l’effet couleur n’est pas le meme partout et rend mon ouvrage original. (par exemple plus de rayures sur les manches )

En aucun moment j’ai cherché à relier les couleurs. j’ai tricoté ma laine comme elle venait et raccordé mes pelotes sans attentions particulières. Et je suis bien contente du rendu pourtant du au hasard! Parfois de larges rayures, parfois des couleurs plus nuancées …

La réalisation est comme je vous l’ai dit un petit chef d’oeuvre architectural.

On commence le modèle par l’encolure dos, avec quelques rangs raccourcis en méthode Turn et Wrap. et on déroule jusqu’aux bas des emmanchures.

On tricote d’abord en aller -retour

( vous pouvez ainsi voir la démarcation entre mes rangs droits et mes rangs en circulaires)

Puis on remonte des mailles pour les encolures devant droite et gauche

avec aussi des rangs raccourcis jusqu’à la base de l’encolure pour former l’inclinaison des épaules

On joint ensuite toutes les mailles devant et dos

(formation des trous des manches)

Avant de débuter le motif dentelle sur un seul coté

Ce point dentelle est assez facile à retenir et assez simple à réaliser. C’est essentiellement des jours et des mailles ensembles. rien de tres compliqué ! Il se compose de deux motifs (une fois avec 1 maille entre les rangées de jours et la seconde fois avec 2 mailles). Ces 2 motifs sont placées l’un au dessus de l’autre en quinconce. On progresse en faisant augmenter de façon pyramidale la séquence pour créer l’effet triangle

.

Ce pendant je dois avouer que j’ai complètement bloqué à la fin du premier diagramme pour savoir comment continuer … Le truc bête !!! J’etais perdue. Heureusement on peut compter dans ces moments là sur les tricopines ( merci les blogs !) et ainsi après avoir lancé un appel à l’aide Mathilde et Eline, j’ai pu continuer à placer ma dentelle. Merci à vous deux !

Une fois le corps terminé, on attaque les manches

Ce sont des manches type « manches montées » comme en couture.

On relève toutes les mailles du « trou » des manches et par un jeu astucieux de rangs raccourcis on crée le « raglan » des emmanchures

et là encore une fois je suis ravie de cette construction qui permet des jolies finitions bien soignées.

Arrivé au stade des manches, le seul défi est d’avoir à les réaliser en double avec l’impatience de terminer son ouvrage !

Pour la petite histoire j’ai beaucoup tricoté mon pull mes jours de congés dans Le Jardin des Cinq Sens de Pontoise

Avec cette superbe arrière saison et ce temps magnifique que nous avons eu en septembre et octobre c’était en effet tres agréable de venir s’assoir sur un banc et de tricoter tranquillement dans le calme et la beauté des lieux

au milieu des fleurs, dans ce havre de paix mes mailles défilaient au rythme de mes pensées

Dans ce cadre magnifique et préservé, j’avais un peu l’impression, d’etre une princesse au sommet de son donjon!

Le seul prince venu me surprendre a été ce valeureux et fier coq

qui avait bien du mal à régner sur sa basse cour un peu agitée et plutôt espiègle !

(en effet, le gardien possède une collection de poules étonnantes ainsi que de 2 canards qui profitent sans vergogne du calme du lieu)

Mais ces heures passées à tricoter dans ce jardin m’ont permis de réfléchir au devenir de mon blog

et m’ont fait sentir l’envie de vous retrouver!

C’est donc dans une atmosphère de plein air que mon tricot s’est monté peu à peu

et il restera pour moi synonyme de belles journées ensoleillées

et de longues méditations

Une fois les manches achevées, il ne reste plus qu’à relever les mailles de l’encolure afin de former le col en cotes 1/1

Pour enfin admirer mon travail terminé!

De face

de dos

(sans aucunes coutures!!!!)

 

Recapitulatif:

Modèle: Princess Fiona by Amy Miller en vente ici

Laine: Fabel Drops coloris brume de roses long print 623 

Aiguilles : 3,5 meme pour les cotes

Echantillon : 24 cm X 32 rangs

Nombre de pelotes : 5 (en fait juste un peu plus de 4)

Modifications : un peu moins d’augmentations (juste une par motif)

Tellement jolie elle m’ensorcelle … la robe portefeuille !

Déjà cousue depuis presque un an, il fallait attendre les beaux jours et la disponibilité de sa propriétaire pour la shootée et vous la présenter: voici une nouvelle version de la robe portefeuille !

Je ne me lasse pas de ce type de vêtement si féminin et si seyant … Elle s’adapte à toutes les saison, toutes le morphologies et toutes les occasions! En chaussure à talon habillée ou en baskets elle a toujours autant d’allure et de chic !

Et surtout elle convient à toutes le générations !

J’en avais tellement vanté les mérites à ma fille qu’elle m’avait demandé l’année passée de lui en coudre une. Et puis la demoiselle était partie au Danemark pour ses études (clic-clic ) et ma robe attendait sagement mais impatiemment (comme moi !) de pouvoir virevolter au grand jour.

C’est un patron que j’ai modifié selon les désirs de ma fille.

Je suis partie avec la base de la robe portefeuille du livre Couture pour l’été de Annabel Benilan.

J’avais déjà réalisé le combishort dans ce livre.

Ce sont des patrons destinés à des débutants, donc avec peu de pièces et une réalisation simplifiée. Avec un peu de maitrise, ce sont des tres bonnes bases qui peuvent à l’envie être plus travaillées et plus abouties, tout en restant des basiques.

Pour cette robe ma fille souhaitait des volants, une longueur au dessus du genoux à mi-cuisse et un tissu léger et dansant !

J’ai hésité longtemps pour savoir si je posais le volant sur le croisé de la robe ou en bas. Mais j’ai trouvé que le volant du bas lui donnait bien plus d’ampleur et de féminité.

Le moindre souffle de vent fait danser le volant !

Avec sa tres longue ceinture à nouer, elle est tres ajustable !

(j’ai raccourci pourtant d’un bon tiers la longueur initiale …)

C’est dans une viscose légère rouge fleurie façon Liberty que j’ai décliné ma variation. Apres des années en bleu et turquoise, ma fille se prend à porter des couleurs plus chaudes; Le rouge en particulier qui je trouve va tres bien aux blondes!

Une couleur de Parisienne !!!

Parfaite en bord de Seine pour une balade romantique et en musique …

Merci à JB qui a bien voulu jouer le photographe d’un jour pour cette séance shooting et merci à ma fille pour sa confiance et son soutien dans ma passion. 😘

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

#demoisellelap et Shashiko sur lin brodé

C’est dans l’air du temps, en ce moment ça n’a pas du vous échapper mais la broderie revient tres tres à la mode !

Et ça tombe bien parce que c’est une de mes anciennes passions. La mode est un éternel recommencement, et de cycles en cycles on va retrouver les mêmes techniques mais ne vous trompez pas  chaque nouvelle vague apporte aussi sa petite touche particulière qui permet de se renouveler radicalement !

Ainsi, la broderie de mes jeunes années, dans des tableaux ou sur des accessoires en majorité au point compté laisse la place aujourd’hui à une broderie bien plus libre et plutôt sur les vêtements .

On brode comme on dessine; Pour donner une touche perso, pour faire passer un message; Pour transformer un tissu « trop » uni .

Ressentant l’appel de l’aiguille, j’ai succombé moi aussi au chant des petits points (tiges, chainettes, noeud …).

J’ai choisi pour fond de toile le haut du corsage de la robe Demoiselle de Louis Antoinette #demoisellelap.

La robe Demoiselle est un des premiers patrons de Louis Antoinette. Une robe toute simple avec un corsage bien sage mais avec une jupe parapluie qui tourne, une vraie jupe de fiiiiiiille qui lui donne son petit air dansant !

Mais même avec cette jupe virvolletante, cette jupe de fiiiiille qui me séduisait (et peut être aussi parce que ce modèle a été vu et revu de nombreuses fois!), je n’avais pas sauté le pas de la réalisation. Il manquait quelque chose, le petit truc en plus pour:

« me donner l’envie, l’envie d’avoir envie « 

Ce petit plus, l’élément déclencheur, fut l’ajout d’une broderie sur le haut du corsage.

J’ai plongé dans ma large bibliothèque de motifs à broder et mon choix s’est porté sur un modèle de Agnès Delage-Calvet. ( je pense avoir en ma possession presque toute sa bibliographie !) Un motif Sashiko, issu de son livre.

Sashiko ??? Kesako ???

C’est une broderie traditionnelle japonaise à la main.

Le point de Shashiko est un point avant régulier « de la taille d’un grain de riz ». En cas de croisement, le croisement doit rester vide, sans fil, c’est à dire sans que les fils se touchent. ( pour que la pensée ne soit pas interrompue).

En principe on démarre en Shashiko en point arrière pour ne pas faire de noeud (pour l’esthétique de l’ouvrage et la fluidité de la pensée) et avoir des motifs aussi beaux d’un coté que de l’autre ( au dos de la broderie). Et même chose en fin de broderie.

On essaie aussi en général de n’utiliser qu’un seul fil (une longue aiguillée) pour l’ensemble d’un motif.

on retrouve dans les motifs traditionnels beaucoup de motifs géométriques en lien avec la nature.

Traditionnellement le Shashiko était plutôt réalisé en blanc avec un fil coton mat et retordu, sur fond indigo. On trouve aussi de temps en temps du bleu sur fond blanc. De nos jours tous les coloris de fils sont possibles.

Mon lin étant écru à chevrons avec une brillance argentée, c’est tout naturellement que j’ai choisi le colori bleu.

En rappel avec le coté brillant de mon tissu j’ai utilisé un fil Retors du Nord Sajou, un mouliné à l’aspect brillant.

Et comme motif mon choix s’est porté sur un modèle floral rappelant les fleurs de cerisier

Ce fut un vrai bonheur de réaliser cette broderie !

le motif zen appelant à la détente et me faisant voyager;

Chaque petits points me rapprochant de mes enfants en voyage au même moment au japon.

Une parenthèse Hygge comme je les aime.

Juste, une petite touche discrète … comme une signature …

Le corsage brodé, la couture de la robe s’est déroulée sans soucis si ce n’est le rallongement de la jupe qui m’a fait un peu transpirer ! Il a fallu que je retrace le demi cercle et ce n’est pas si facile que ça à main levée … J’ai depuis investi dans un « pistolet » de couture qui je pense m’aidera dans des prochaines réalisations .

J’ai coupé ma taille habituelle mais j’aurai pu descendre une taille en dessous (note à moi même pour une prochaine!), ma taille n’étant pas je pense assez soulignée et avec un petit « bâillement » en haut du corsage …

Mais du coup c’est une robe bien confortable pour l’été et les fortes chaleur, car elle ne colle pas !

(à voir si je rajoute par la suite de porter avec une ceinture ?)

Je souhaitais que ma jupe soit une jupe au genou et non mi-cuisse, donc j’ai rajouté 8cm

longueur parfaite pour moi !

Le bas de la jupe, dans le patron est juste terminé à la surjeteuse. Quand j’avais lu les explications et n’ayant pas à l’époque ma fidèle et nouvelle amie surjeteuse, j’avais projeté de faire un ourlet avec un biais. Mais cette finition ne m’a pas satisfaite ! Après un début d’éssai, j’ai préféré le surjet proposé qui permet un rendu ondulant qui convient bien avec le coté dansant de la jupe.

A voir si dans le temps cette finition va résister ?

Comme d’hab ‘ j’aime associer avec une paire de tennis pour casser le coté trop figé cliché de la robe et rendre mon look plus moderne.

ici je porte ma robe avec une paire de baskets en toile argent de chez Promod.

Et pour un look balnéaire mon chapeau Pananma et ma pochette rayée brodée

C’est une robe toute légère dans laquelle on se sent tres féminine, mais juste faire attention au courant d’air !

Une jupe qui tourne et qui donne des envies de danser dans la rue !

Une immersion dans Lalaland, une impression que le monde va chanter autour de moi  …

Et c’est une fois de plus au cours d’un week end sur les plages et planches de Sainte-Adresse au Havre, que le shooting a été réalisé.

  » Comme tu resplendis, paysage mouillé
Qu’enflamment les rayons tombant d’un ciel brouillé ! « 

Charles Baudelaire

#jepeuxpasjesuisauhavre #LH

 

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Au fil du pinceau, un été en jupe #amandalap

Tout est parti d’un véritable coup de foudre pour un tissu un lin canope de l’ Atelier de la Création. Un tres beau lin naturel avec des motifs multicolores qui semblent être dessinés au pinceau à l’aquarelle.

Si j’ai une passion pour la peinture impressionniste je ne sais absolument malheureusement pas dessiner et ce tissu m’a beaucoup touchée car il représente une vision de l’été, de la nature tout en jouant avec une palette de couleurs …

Je le gardais bien précieusement dans mon stock et je lui cherchais le patron pour l’accord parfait !

Encore une fois c’est chez Louis Antoinette que j’ai trouvé mon bonheur. un patron de leur collection été 2018, la jupe Amanda.

Cette fois ci (encore), je n’avais pas été spécialement « emballée » par leur choix de tissu et surtout de leur présentation avec une chemise en jean à manches longues qui pour ma part ne colle pas vraiment avec mon idée d’un vestiaire estival … mais en voyant les versions éclore sur les réseaux (en particulier sur IG), j’ai vraiment vu toutes les ressources de ce modèle et apprécié les découpes .

C’était une évidence, mon tissu devait s’unir avec ce patron pour créer l’oeuvre imaginée …

Alors pour vous présenter #amandalap, il faut vous dire que c’est une jupe citadine parfaite pour l’aventure !

Droite au dos mais, elle a toute l’élégance d’une jupe urbaine

Mais sans être entravée, elle permet une liberté de mouvements et d’aisance …

Mais c’est de face qu’elle se révèle entièrement !

Avec ses jeux de plis, sa taille mi  haute bien appuyée

et sa longue ceinture à nouer

La ceinture permet d’ajuster parfaitement la jupe à sa taille

Pour qu’une jupe soit parfaite pour ma définition il faut qu’elle ait des poches !

C’est chose faite avec #amandalap

 une fermeture invisible sur le coté, du coté du noeud.

(vraiment invisible , je suis trop trop fière de moi !!!)

j’ai également soigné ma surpiqure le long de la poche, on dirait presque un passepoil …

(la fille vraiment trop méga fière !!!)

Ses jeux de plis dessinent (sans souligner là ou ça fait mal!), une jolie silhouette

(le ventre se perd derrière les plis, et les hanches s’éffacent dans les poches …)

C’est un des plaisirs de coudre sa garde robe hand made, réaliser des vêtements en accord avec ses goûts, ses envies, son mode de vie et enfin sa silhouette!

Etant grande j’ai pendant longtemps choisi mes jupes du commerce en prenant une taille au dessus de ma taille réelle pour porter mon vêtement plus sur les hanches, taille descendue afin de rallonger (un peu!) les longueurs de jupe. (et oui, n’ayant plus 20 ans les jupes à mi-cuisse, tres peu pour moi !).

Quel plaisir de pouvoir enfin porter une jupe à ma taille !

 

Pour info j’ai coupé la jupe en taille 40 (n’ayant pas la taille tres marquée) et j’ajuste avec la ceinture (selon le moment de la journée) et j’ai rallongé la jupe de 8 cm sous la ligne des poches afin de bien préserver la coupe .

Et grande première, toutes mes coutures sont finies avec ma nouvelle copine : ma surjeteuse Janone.

Ma jupe amanda, c’est pour moi ma vision de la jupe d’été parfaite!

Du chic, de l’aisance, du confort et des finitions originales.

De quoi se fondre la jungle urbaine et rever d’évasion champêtre …

A bientot pour d’autres versions …

Le shooting a été réalisé à Pontoise dans le parc du château de Marcouville.

Le château et le parc de Marcouville datent du XVIIème siècle. Le parc est classé à l’inventaire des sites naturels qui comprend également le jardin des Lavandières.

Le parc aurait été aménagé par Le Nôtre au XVIIIème siècle. Ce dernier a été remanié en jardin à l’anglaise (allées sinueuses, passerelles, rivière en rocaille,…) au XIXème siècle : l’époque est au triomphe du paysage, et le parc doit susciter la rêverie.

Mais les éléments caractéristiques du jardin du XVIIIème demeurent : le site comporte trois terrasses superposées avec jardin à la française qui abrite les vestiges d’un jeu de paume, deux bassins à eau de 100m², une « forêt cathédrale », et des espaces d’intimité.

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mon sac vintage #Marcel

Il y quelque temps j’ai été contacté par Florence qui travaille avec Margaux de la marque Petit Patron pour tester leur dernier modèle, le fameux Marcel.

Inutile de vous dire que j’étais ravie, et tres fière de la confiance qui m’a été faite !!!

C’est vraiment un honneur d’être contacté par une marque pour tester les modèles. Un honneur et une responsabilité qui m’enchantent toujours autant avec la même passion!

Je suis tres admirative devant le travail de création, je reconnais que je suis une bonne « technicienne », réalisant avec passion un modèle, mais j’ai du mal à franchir le pas de la création. Et pourtant, le travail de test est une phase importante aussi lors de la sortie d’un modèle. je suis d’ailleurs fière de ma participation à ce test avec le retour d’une coquille dans le format d’une pièce du patron, coquille due aux cookies qui a été depuis modifiée !

J’avais eu l’occasion de réaliser déjà un des modèles de la boutique, la fameuse trousse Mia que je vous ai présenté ici.

Ce test m’a encouragé à approfondir un peu plus ma connaissance de la marque, à travers la boutique et aussi à travers le blog de Margaux, Couture Débutant. Et j’ai adoooooooré son univers !!!

Humour, décomplexité (ça se dit ?), originalité, conseils, idées, voyages … tout ce que j’aime !!! Margaux est pétillante et apporte un nouveau souffle sur la couture et en particulier sur les accessoires.

Couture débutant, mais pas que !!!

Mais revenons à notre Marcel !

Marcel est un patron décliné en 3 versions : sac, pochette et porte monnaie

Marcel est un patron au style vintage, déclinable en 3 versions allant du porte-monnaie en passant par la pochette jusqu’au sac. Sa réalisation demande peu de matériel et il est possible de coudre ces 3 versions entièrement à la main ou à la machine à coudre, à vous de choisir.

Marcel est un petit porte monnaie rétro à glisser dans son sac à main, mais aussi une version pochette passepoilée avec un fermoir plus grand, idéale pour organiser votre sac à main ou en pochette maquillage par exemple, mais aussi un sac bandoulière esprit vintage et chic avec son fermoir métal, entièrement doublé et poche plaquée à l’intérieur, à vous de l’assortir à vos tenues en choisissant les plus jolis tissus et motifs.

Ce modèle est une collaboration avec l’instagrameuse Stephanie Lanni du compte @stephetmode

Ce patron est sorti tout droit de l’imagination de Stéphanie Lanni, couturière passionnée qui signe, chez Petit Patron, son premier patron. Marcel est le premier patron à naitre dans la pépinière Petit Patron qui offre une chance à de jeunes passionnés de lancer leurs idées.

Ce test a été aussi l’occasion de découvrir son univers et d’échanger un peu avec elle. Et ça c’est toujours TOP !!!

Des la reception du patron, j’étais tres enthousiaste et je voyais de suite ma future réalisation. le plus dur étant d’attendre ma commande, le fermoir de sac Prym acheté à la mercerie Rascol

Pour le tissu, j’ai choisi une toile à l’ancienne qui colle bien avec le coté rétro de ma poignée, une tres belle Toile de Mayenne que j’avais dans mon stock depuis un moment ! J’avais le choix entre 2 couleurs, j’ai choisi la tonalité écrue /naturelle qui me permet d’assortir mon sac Marcel avec toutes mes tenues estivales !!!

Et voilà le résultat !

La couture de ce sac est simple et rapide! C’est vraiment la caractéristique de la marque. Pour chaque modèle un PDF complet avec les différentes pièces en taille réelle (marge de couture comprises!), un pas à pas détaillé et en photos et pleins de conseils et astuces.

Le sac Marcel, est d’une taille confortable qui permet de glisser facilement tout le fouillis d’une fille ! (ainsi que bien souvent celui de Monsieur qui n’a pas voulu s’encombrer de sa pochette et qui nous refile son porte monnaie au bout de quelques pas … que celles qui se reconnaissent lèvent la main !!!)

De forme arrondie, il est bien cossu, avec un large fond qui lui donne un bon maintien.

(j’aime les sacs qui tiennent tout seuls!)

Fond qui se prolonge sur les cotés pour l’aisance

Et la large ouverture permet de retrouver facilement toutes ses petites affaires !

(et ses lunettes …)

Le plus délicat est la pause du fermoir ! Pas facile de bien répartir le tissu qui a tendance à glisser … Il faut être patient et minutieux. Comme conseillé par la créatrice bien commencer sa couture par le milieu.

Apres plusieurs essais, j’ai enfin trouvé la démarche à suivre: j’ai fixé provisoirement les 2 milieux et les extrémités. Puis je me suis attaquée à la couture. J’ai fait un premier passage en passant un trou sur deux, puis un second passage dans les trous laissés libres. un peu comme une chaine irlandaise, si vous voyez …

L’essentiel étant de conserver une bonne proportion dans la répartition du tissu et de la doublure

Au final, je suis plus que ravie de mon sac Marcel !

Pour lui donner encore plus un look de fiiiiiiiille, j’ai rajouté un gros pompon bien fluffy, avec une petite chaine dorée

Je ne vais pas vous faire de mystères, j’ai encore sous le coude un fermoir de porte-monnaie et un fermoir de pochette …

La famille Marcel va s’agrandir !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

En robe #bellevilleLAP au bord de mer

Déjà cousue depuis longtemps, je n’avais pas eu encore le temps de vous la présenter: la robe #BellevilleLAP

#BellevilleLAP, c’est notre robe esprit portefeuille resserrée à la taille avec un élastique pour une tenue parfaite. Nous l’avons imaginée avec des manches 3/4, pour une longueur au-dessus des genoux.

Quand la collection hiver de Louis Antoinette Paris est sortie j’avoue que je n’avais pas trop flashé sur ce modèle. Je n’arrivais pas à me projeter sur cette robe et à l’intégrer dans ma future garde robe.

Mais quand les semaines passant j’ai vu les nombreuses et fabuleuses réalisations des blogueuses, j’ai été séduite à mon tour! (oui, oui j’assume tout à fait mon statut de mouton de la blogosphère !!!).

En fait ce qui me chiffonnait dans ce modèle, ce n’était pas le patron en lui même mais le tissu que je ne trouvais pas tres adapté ! Trop mou, qui manquait de tenue (presque froissé sur la photo…)

C’est en voyant cette robe dans d’autres combinaisons de tissus que j’ai vraiment vu tout son potentiel !

Et la robe Belleville en a des qualités !

Grâce à…

Son devant trompe l’oeil pour donner l’illusion d’un cache-coeur (lui au moins, il tiendra bien !)
Des plis au niveau du décolleté à accentuer au fer qui donneront un effet wahou à votre robe.
Un élastique pour resserrer la taille et lui donner une tenue parfaite.
Des manches 3/4 et une longueur au-dessus du genou.

J’ai choisi ainsi un joli crêpe rouge, un peu lourd qui permet en plus d’un très beau tombé, de bien marquer les plis, tout en restant suffisamment souple pour donner du style !

Comme toujours pour cette marque, je n’ai rencontré aucune difficulté pour ce patron si ce n’est 2 petites coquilles relevées; une erreur dans le nombre de fond de poche à découper (2 dans le tissu et 2 dans le thermocollant et renforts de poche uniquement dans le thermocollant, c’est à dire 2 fois !) et l’absence de l’étape dans le montage des manches ! J’ai eu beau chercher à aucun moment il est dit de les assembler à la robe. Ce ne sont que des petites broutilles, on comprends aisément en suivant la notice le montage des poches , quand aux manches, on se doute bien qu’elles doivent être un moment assemblées au corps !!!

Mais ce que j’apprécie toujours dans cette marque c’est les repères et crans précis qui permettent un assemblage au poil, des schémas explicites et toujours un brin d’humour !

Le décolleté est parfait même si comme beaucoup de blogueuses j’ai rajouté un petit point pour qu’il tienne bien en place.

J’ai aussi utilisé du Droit fil thermocollant ou Stabilmanche pour border le biais du décolleté comme le conseille Johana de Atelier Scammit. dans son patron de la robe Eugénie.

Cela permet de faire une finition impeccable et très propre qui ne se déforme pas !  (le tissu se trouvant dans le biais).

Je n’ai apporté aucune modification. Tout est parfait dans les proportions ! Et maintenant que je connais bien cette marque , je sais exactement quelle taille choisir … ( Rachel si tu passes par là … 😘)

Et quand je porte cette robe … je me sens comme une star !

C’est donc pour une montée (ou descente!) des marches que j’ai voulu vous la présenter.

Un beau week end ensoleillé de Mai

Avec la mer en fond d’horizon, le ciel bleu qui se superpose …

Dans un cadre de station balnéaire du début du siècle avec ses villas mêlant des emprunts aux styles classique, italien ou flamand; l’engouement fort de ce siècle, pour la période médiévale, avec les poutres en bois et les window bay.

Des jardins à la végétation luxuriante dissimulant des petites portes d’entrée

de quoi donner envie de pénétrer dans un autre monde comme de remonter le temps !

Une montée des marches ça donne mal aux pieds …

Avant de vous accompagner jusqu’à la mer !

Sur les planches de la plage de Sainte Adresse au Havre pour la fin de ma séance photo

Et vous avez vous une robe dans la quelle vous vous sentez comme une star ?

J’ai vu passer une version longue et j’en ai déjà envie …

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Trousse Mia de Petit Patron

Avant de me lancer dans la confection de vêtements je me suis longtemps divertie dans la réalisation de petits accessoires.

Ce type de couture ne demande pas d’ajustements de taille morphologique et semble toujours pour les novices bien plus faciles que la couture d’un vêtement en lui même.

Avec le recul, je m’aperçois pourtant que les accessoires sont loin d’être aussi aisés à coudre qu’il n’y parait car bien souvent le peu d’explications fournies, voir l’absence de patron rendent souvent la confection hasardeuse et aventureuse !

Suivre un patron bien tracé et bien expliqué est de loin bien plus facile !!!

De ce fait, j’avais délaissé la couture d’accessoires depuis que je me suis mise à la couture de ma garde robe. Mais ça c’était avant de découvrir sur le blog Les Lubies de Louise une trop trop mignonne trousse, la trousse Mia de la marque Petit Patron.

Des que j’ai vu cette adorable mignonnerie j’ai su que j’allais je devais la faire, elle et sûrement plusieurs des 8 possibilités de ce patron.

La pochette est proposée en deux modèles : la grande trousse parfaite pour y ranger son matériel de couture ou emporter ses affaires de toilette. Le petit modèle se glissera facilement dans votre sac ou pourra vous servir de grand porte-monnaie. La pochette est déclinable en version simple, avec ou sans poche extérieure, mais aussi avec des oreilles de chat ou d’ours. A vous de vous amuser et de la rendre unique.

Au premier abord, je me suis dit que c’était vraiment une trousse facile à faire et qu’elle nécessitait pas l’achat du patron.

C’est ainsi que bien que l’ayant rajouté sur le haut de ma Do-liste, j’ai laissé le temps passer …

Je me suis alors posée la question de cette absence de concrétisation, et j’ai réalisé qu’en fait je m’étais habituée à suivre sans me remuer trop les méninges un patron et que je repoussais d’avoir à tracer, chercher les mesures parfaites et le proportions idéales.

Car c’est bien souvent le proportions et les tailles qui sont difficiles à définir dans ce style d’objet: trop petit ça ne sert à rien, trop grand, c’est moins joli!

Et, la trousse Mia est juste … parfaite !

C’est ainsi que j’ai fait l’achat du patron. Et je n’ai absolument pas regretté !

Mon patron telechargé en PDF, aussitôt découpé je n’avais plus qu’à l’épingler sur mon tissu et découper mes différentes pièces. Le plus long a été de choisir entre les différentes options et en particulier les oreilles : chat ou ours ?

Pour cette première, ce sera chat !

Je souhaitais réaliser cette trousse pour mon usage personnel et je la prédestinais en trousse de toilette. De ce fait l’utilisation d’une toile enduite s’est de suite imposée.

J’ai choisi un coupon d’une tres jolie toile cirée Fleurs blanches sur fond gris ciel de chez Sajou ici (en plus en promo !!!), ainsi qu’un coton ciel à petits pois blancs.

Du fait de la rigidité de la toile cirée je n’ai pas mis de molleton, ma pochette se tient tres bien!

Les explications sont tres claires et les étapes tres bien définies s’enchainent sans aucunes difficultés.

J’ai réalisé la poche sur le devant avec ma toile cirée afin de pouvoir la poser sur toutes les surfaces (même humides!) sans soucis.

Toile cirée que l’on retrouve à l’intérieur pour un entretien facile (brosses à dents ou crayons de maquillage laissent parfois des traces…)

Des soufflés sur les cotés ainsi qu’un montage du fond avec des coins donnent l’aisance nécessaire pour une jolie forme et un beau volume .

et laissent suffisement de place à l’intérieur pour tout mon bazar

Je n’ai fait aucun modification dans le patron que je trouve très bien proportionné et de bonne taille

J’ai juste réalisé la dernière étape pour la doublure un peu à ma façon. En effet, la créatrice suggère de coudre à points glissés la doublure entièrement montée à l’intérieur de la trousse. Ma doublure étant en toile cirée j’ai préféré monter en sandwich mon tissu extérieur et ma doublure de part et d’autre de la fermeture à glissière, puis de coudre les souffles et les coins en ayant soin de laisser une ouverture pour retourner l’ensemble. (le plus difficile étant justement cette dernière étape, la toile cirée n’étant pas tres coopérative !)

De ce fait mon intérieur est bien propre !

La large ouverture avec le zip est bien pratique

J’ai rajouté en touche finale pour marquer l’emplacement du nez un gros bouton recouvert, j’hésite à broder les moustaches …  ?

Au final je pense que c’est une couture tout à fait réalisable par un débutant mais les finitions soignées séduiront aussi le plus avancés!

Je suis vraiment ravie de ma trousse et tres satisfaite de mon patron que je vais décliner avec d’autres options. cette réalisation m’ayant re-donné le gout des accessoires !

Histoire à suivre …

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Des que le vent soufflera … en blouse Bohème

C’est plus fort que moi dès que les beaux jours arrivent, dès que l’hiver baisse sa garde, j’ai des envies de grand air, de souffle marin, d’embruns salés et de grand vent !

Des que le printemps s’annonce mes cellules celtiques se réveillent, mes racines frémissent, mes sens s’orientent à l’ouest, mon sang coule vers la Seine …

J’ai besoin de retourner vers la mer !

Pour cette destination, j’ai trouvé que la blouse Bohème de la marque Atelier Scämmit serait parfaite !

Blouse d’une élégante simplicité. Pli creux au dos et finition froufrou à l’encolure (et aux poignets). Plus longue au dos que sur le devant.

Simple, chic et efficace !

L’occasion aussi de réaliser un nouveau patron de cette marque …

Pour le tissu, je souhaitais une matière douce, confortable qui suive mes mouvements et qui se travaille bien !

J’ai choisi une double gaze bleu jean qui s’accorde bien avec les pantalons d’été et les plages de galets ou de sable fin.

Je ne vais pas vous re-dire tout le bien que je trouve de cette marque de peur de vous lasser, mais comme la fois précédente ( ici) la réalisation s’est faite tout en douceur et sans difficultés ! Entre les explications (tres) claires, les nombreuses photos et schémas et la video pas à pas on est vraiment pris en main.

Ce patron est tout à fait réalisable par des débutants et ne présente aucune difficulté particulière. Comme tous les patrons de cette marque il existe plusieurs variations possibles et on peut mixer avec plaisir nos envies !

Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est le soin des finitions qui sont parfaites: les principales coutures sont des coutures à l’anglaise ce qui rend le vêtement aussi propre à l’endroit qu’à l’envers !!! et vous me connaissez, c’est un point de détail qui est tres important pour moi !!!

Le petit plus c’est ce petit volant à l’encolure avec une méthode tres pro pour des finitions parfaites ! Là encore les explications abouties et nombreuses permettent vraiment de poser le volant facilement et proprement. Il suffit de s’appliquer et de prendre son temps. comme dit la créatrice, ce n’est pas une course, et c’est dans des finitions précises que l’on apprécie une réalisation.

Pour l’occasion j’ai utilisé mon nouveau pied rouloté:  j’ai encore des progrès à faire, ce n’est pas absolument parfait, je l’avoue, mais je suis tres fière de moi !!! le résultat est à la hauteur de mes espérances.

J’ai choisi l’option PDF, et découpé mon patron directement dans ma taille, pas besoin de relever, c’est bien mieux !

Rapidement cousue il ne restait plus qu’à embarquer et si possible avec un beau carosse !!!

Nan ! je rigole ! ce n’est (hélas!) pas ma voiture …

Mais on est venu pour voir la mer !!!

A cette heure matinale, la plage est encore déserte et la lumière encore douce nous entoure d’un halo impressionniste

comme un tableau de transparence et de miroir …

avec cette lumière toute particulière et indescriptible d’un soleil levant

La blouse Bohème,  dessine les courbes comme une esquisse

plus longue au dos que devant

le fait qu’elle soit en arrondi (et non droite devant) crée encore plus de mouvement sans faire effet parachute

Son pli creux derrière donne de l’ampleur bien réparti du fait du pli cousu jusqu’au milieu dos

et l’encolure bien dégagée, est parfaite pour les beaux jours !

je n’ai pas fait les volants au bas des manches pour cette version, mais juste comme la créatrice le suggère fait un ourlet simple et je replie le bas des manches à ma convenance.

une blouse parfaite pour profiter de l’air du large …

Et de la beauté d’un matin sur les plages de gallets dans la baie du Havre,

au pied de Sainte Adresse

Et vous aux beaux jours vous avez des envies de quelle (s) destination ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Eugénie ma bien (mal)aimée

C’est encore l’histoire d’une rencontre et d’un coup de foudre !

La découverte à l’automne d’une nouvelle marque (enfin pour moi !) la marque Atelier Scammit. Vous commencez à ma connaitre quand j’aime je le dis et je le répète !!!

Et ce qui me plait en couture c’est l’univers créatif, la bulle de bonheur que l’on se créée. Le plaisir de partager et de toujours apprendre. La joie de la réalisation. Et la magie qui s’opère quand on est en pleine création: le monde semble ne plus tourner, tout est en suspens … on arrête le temps !

Ces sensations, cette impression je l’ai de suite retrouvé entre les lignes de la marque.

Voici la définition de la créatrice :

Vous avez dit Scämmit ?

Figurez-vous que scämmit est un mot qui veut vraiment dire quelque chose, si si !!! Enfin dans mon entourage proche du moins…

C’est un mot inventé par ma sœur aînée quand j’étais enfant, pour définir une sensation qu’aucun autre mot ne définit si bien. Et depuis, il a totalement intégré notre vocabulaire familial.

Être scämmit, c’est être dans un certain état d’esprit: ça peut se rapprocher d’un sentiment cosy, de bien-être ultime, en totale sécurité, complètement dans sa bulle, le tout lié à une activité qui comble au plus profond… En bref totalement moi dans mes moments d’intense bricolage-déco-couture. Une sorte d’état créatif, un ensemble de petits riens qui font tout, que je retrouve étrangement dans le « hygge » Danois dont on parle tant.

Et vous ? Êtes-vous scämmit ???

Depuis j’ai un nouveau mot à mon vocabulaire.  je suis  «  Scämmit »

J’ai du coup voulu tester plusieurs patrons de la marque. Surtout que le bonus, c’est que pour la plupart des modèles, Johana propose de nombreuses variations possibles pour adapter les hauts en robe, modifier les manches, rajouter des volants … on a l’impression en fait d’avoir plein de patrons dans un même pochette !!!

Autre avantage, une vidéo en pas à pas pour chaque patron avec un pas à pas du montage du vêtement et des explications de montage précises et illustrées par des photos.

Bref! aucune prise de tete, que du bonheur et surtout l’impression de ne pas coudre toute seule dans son coin! Ma tablette à coté de ma MAC, Johana « papote » avec moi comme 2 copines !

Cet hiver, la créatrice s’est associée à @eugeniiiiiiiiiiiie pour le design d’un nouveau patron, un « joli modèle aux détails délicats: manches froncées, encolure cache-coeur, pinces poitrine pour un buste ajusté contrastant avec l’amplitude du bas de cette robe, facilement déclinable en blouse. »

J’aime beaucoup aussi cette instagrameuse de renom que je suis depuis pour la poésie et la délicatesse de ses photos.

Alors bien sûr, j’ai craqué comme tant d’autres sur le patron !

C’est à Laval, avec ma jeune padawan de couture, Helene, que j’ai trouvé le tissu que j’imaginais pour ma robe.

Une tres belle viscose rouge à imprimés fleurs un peu japonisantes.

Et j’ai bordé l’encolure avec un biais liberty que je trouve bien assorti

Cette robe je trouvais qu’elle avait un style fou, qu’elle serait tres facile à porter et j’en étais déjà folle !!!

Et pourtant, une fois cousue, j’avoue que j’ai été un peu déçue et surtout tres tres refroidi par l’accueil de cette couture par mon Homme !

Comment vous raconter la chose …

Depuis que je me suis lancée dans ma garde robe made hand made Chéri me suit et m’encourage . on fait une équipe et il me soutient beaucoup par ses remarques et son enthousiasme pour faire les photos portées. C’est tres important !

Mais ce matin , quand je suis descendue avec ma robe, avec le souhait de faire une séance shooting sous le pont Bir Hakeim, le pont aux blogueuses comme dit ma fille (car à chaque fois on peut voir une séance photo), il a complètement bloqué !

ses reactions:  » Euh … tu as encore fait une taille trop grande! Pourtant tu devrais commencer à le savoir c’est pas la première fois que tu couds … On dirait que tu as 10 kgs de plus!  Tu peux pas couper un peu sur les cotes ? Des photos ? Non! Pas comme ça , il faut que tu arranges un peu … ou peut être avec une ceinture ? »

Pourtant j’avais vu et lu les modifications des blogueuses, mais … je sais pas pourquoi au moment de la coupe j’ai tout oublié !!!

J’ai foncé tête baissée !!!

Les principales modifications étant, de rallonger un peu la partie corsage qui se termine juste sous la poitrine, et de diminuer un peu les fronces; Eugénie porte de façon tellement merveilleuse, elle est est tellement sublime dans sa robe qu’on a toutes envie de s’identifier à elle mais …

Ces modifications sont (en plus!) ajoutées en annexe à la fin du patron en plus d’un ajout de volant aux manches si on le souhaite.

Bref! je ne comprends toujours pas pourquoi je ne l’ai pas fait !!!

Surtout que bien sûr, j’avais coupé une taille au dessus (on ne sait jamais ), et je dois reconnaitre la robe est … bien ample !

Je n’ai pas voulu renoncer à mon Eugénie. mais je ne voulais pas tout démonter non plus !

J’ai posé un élastique au dos de la robe ce qui permet au moins de plaquer un peu le  corsage.

Et j’ai fait mes photos toute seule !

C’était moi ou … Victoria :  j’ai gagné !

Ma robe Eugénie, c’est ma robe pour moi,

ma robe pour danser et imaginer que je suis dans une comédie musicale

que le monde chante avec moi

des filles avec des jupes qui tournent !

dans le monde de La La Land

Bref! je l’aime bien moi ma robe ! Eugénie la bien (mal ) aimée

Peut être est ce style de robe qui ne me convient pas ?

Entre ses envies et ce qu’on porte …

reste à la faire aimer par ma moitié …

Et je vais re-faire une version en blouse cette fois …

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer