Trousse Mia de Petit Patron

Avant de me lancer dans la confection de vêtements je me suis longtemps divertie dans la réalisation de petits accessoires.

Ce type de couture ne demande pas d’ajustements de taille morphologique et semble toujours pour les novices bien plus faciles que la couture d’un vêtement en lui même.

Avec le recul, je m’aperçois pourtant que les accessoires sont loin d’être aussi aisés à coudre qu’il n’y parait car bien souvent le peu d’explications fournies, voir l’absence de patron rendent souvent la confection hasardeuse et aventureuse !

Suivre un patron bien tracé et bien expliqué est de loin bien plus facile !!!

De ce fait, j’avais délaissé la couture d’accessoires depuis que je me suis mise à la couture de ma garde robe. Mais ça c’était avant de découvrir sur le blog Les Lubies de Louise une trop trop mignonne trousse, la trousse Mia de la marque Petit Patron.

Des que j’ai vu cette adorable mignonnerie j’ai su que j’allais je devais la faire, elle et sûrement plusieurs des 8 possibilités de ce patron.

La pochette est proposée en deux modèles : la grande trousse parfaite pour y ranger son matériel de couture ou emporter ses affaires de toilette. Le petit modèle se glissera facilement dans votre sac ou pourra vous servir de grand porte-monnaie. La pochette est déclinable en version simple, avec ou sans poche extérieure, mais aussi avec des oreilles de chat ou d’ours. A vous de vous amuser et de la rendre unique.

Au premier abord, je me suis dit que c’était vraiment une trousse facile à faire et qu’elle nécessitait pas l’achat du patron.

C’est ainsi que bien que l’ayant rajouté sur le haut de ma Do-liste, j’ai laissé le temps passer …

Je me suis alors posée la question de cette absence de concrétisation, et j’ai réalisé qu’en fait je m’étais habituée à suivre sans me remuer trop les méninges un patron et que je repoussais d’avoir à tracer, chercher les mesures parfaites et le proportions idéales.

Car c’est bien souvent le proportions et les tailles qui sont difficiles à définir dans ce style d’objet: trop petit ça ne sert à rien, trop grand, c’est moins joli!

Et, la trousse Mia est juste … parfaite !

C’est ainsi que j’ai fait l’achat du patron. Et je n’ai absolument pas regretté !

Mon patron telechargé en PDF, aussitôt découpé je n’avais plus qu’à l’épingler sur mon tissu et découper mes différentes pièces. Le plus long a été de choisir entre les différentes options et en particulier les oreilles : chat ou ours ?

Pour cette première, ce sera chat !

Je souhaitais réaliser cette trousse pour mon usage personnel et je la prédestinais en trousse de toilette. De ce fait l’utilisation d’une toile enduite s’est de suite imposée.

J’ai choisi un coupon d’une tres jolie toile cirée Fleurs blanches sur fond gris ciel de chez Sajou ici (en plus en promo !!!), ainsi qu’un coton ciel à petits pois blancs.

Du fait de la rigidité de la toile cirée je n’ai pas mis de molleton, ma pochette se tient tres bien!

Les explications sont tres claires et les étapes tres bien définies s’enchainent sans aucunes difficultés.

J’ai réalisé la poche sur le devant avec ma toile cirée afin de pouvoir la poser sur toutes les surfaces (même humides!) sans soucis.

Toile cirée que l’on retrouve à l’intérieur pour un entretien facile (brosses à dents ou crayons de maquillage laissent parfois des traces…)

Des soufflés sur les cotés ainsi qu’un montage du fond avec des coins donnent l’aisance nécessaire pour une jolie forme et un beau volume .

et laissent suffisement de place à l’intérieur pour tout mon bazar

Je n’ai fait aucun modification dans le patron que je trouve très bien proportionné et de bonne taille

J’ai juste réalisé la dernière étape pour la doublure un peu à ma façon. En effet, la créatrice suggère de coudre à points glissés la doublure entièrement montée à l’intérieur de la trousse. Ma doublure étant en toile cirée j’ai préféré monter en sandwich mon tissu extérieur et ma doublure de part et d’autre de la fermeture à glissière, puis de coudre les souffles et les coins en ayant soin de laisser une ouverture pour retourner l’ensemble. (le plus difficile étant justement cette dernière étape, la toile cirée n’étant pas tres coopérative !)

De ce fait mon intérieur est bien propre !

La large ouverture avec le zip est bien pratique

J’ai rajouté en touche finale pour marquer l’emplacement du nez un gros bouton recouvert, j’hésite à broder les moustaches …  ?

Au final je pense que c’est une couture tout à fait réalisable par un débutant mais les finitions soignées séduiront aussi le plus avancés!

Je suis vraiment ravie de ma trousse et tres satisfaite de mon patron que je vais décliner avec d’autres options. cette réalisation m’ayant re-donné le gout des accessoires !

Histoire à suivre …

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Des que le vent soufflera … en blouse Bohème

C’est plus fort que moi dès que les beaux jours arrivent, dès que l’hiver baisse sa garde, j’ai des envies de grand air, de souffle marin, d’embruns salés et de grand vent !

Des que le printemps s’annonce mes cellules celtiques se réveillent, mes racines frémissent, mes sens s’orientent à l’ouest, mon sang coule vers la Seine …

J’ai besoin de retourner vers la mer !

Pour cette destination, j’ai trouvé que la blouse Bohème de la marque Atelier Scämmit serait parfaite !

Blouse d’une élégante simplicité. Pli creux au dos et finition froufrou à l’encolure (et aux poignets). Plus longue au dos que sur le devant.

Simple, chic et efficace !

L’occasion aussi de réaliser un nouveau patron de cette marque …

Pour le tissu, je souhaitais une matière douce, confortable qui suive mes mouvements et qui se travaille bien !

J’ai choisi une double gaze bleu jean qui s’accorde bien avec les pantalons d’été et les plages de galets ou de sable fin.

Je ne vais pas vous re-dire tout le bien que je trouve de cette marque de peur de vous lasser, mais comme la fois précédente ( ici) la réalisation s’est faite tout en douceur et sans difficultés ! Entre les explications (tres) claires, les nombreuses photos et schémas et la video pas à pas on est vraiment pris en main.

Ce patron est tout à fait réalisable par des débutants et ne présente aucune difficulté particulière. Comme tous les patrons de cette marque il existe plusieurs variations possibles et on peut mixer avec plaisir nos envies !

Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est le soin des finitions qui sont parfaites: les principales coutures sont des coutures à l’anglaise ce qui rend le vêtement aussi propre à l’endroit qu’à l’envers !!! et vous me connaissez, c’est un point de détail qui est tres important pour moi !!!

Le petit plus c’est ce petit volant à l’encolure avec une méthode tres pro pour des finitions parfaites ! Là encore les explications abouties et nombreuses permettent vraiment de poser le volant facilement et proprement. Il suffit de s’appliquer et de prendre son temps. comme dit la créatrice, ce n’est pas une course, et c’est dans des finitions précises que l’on apprécie une réalisation.

Pour l’occasion j’ai utilisé mon nouveau pied rouloté:  j’ai encore des progrès à faire, ce n’est pas absolument parfait, je l’avoue, mais je suis tres fière de moi !!! le résultat est à la hauteur de mes espérances.

J’ai choisi l’option PDF, et découpé mon patron directement dans ma taille, pas besoin de relever, c’est bien mieux !

Rapidement cousue il ne restait plus qu’à embarquer et si possible avec un beau carosse !!!

Nan ! je rigole ! ce n’est (hélas!) pas ma voiture …

Mais on est venu pour voir la mer !!!

A cette heure matinale, la plage est encore déserte et la lumière encore douce nous entoure d’un halo impressionniste

comme un tableau de transparence et de miroir …

avec cette lumière toute particulière et indescriptible d’un soleil levant

La blouse Bohème,  dessine les courbes comme une esquisse

plus longue au dos que devant

le fait qu’elle soit en arrondi (et non droite devant) crée encore plus de mouvement sans faire effet parachute

Son pli creux derrière donne de l’ampleur bien réparti du fait du pli cousu jusqu’au milieu dos

et l’encolure bien dégagée, est parfaite pour les beaux jours !

je n’ai pas fait les volants au bas des manches pour cette version, mais juste comme la créatrice le suggère fait un ourlet simple et je replie le bas des manches à ma convenance.

une blouse parfaite pour profiter de l’air du large …

Et de la beauté d’un matin sur les plages de gallets dans la baie du Havre,

au pied de Sainte Adresse

Et vous aux beaux jours vous avez des envies de quelle (s) destination ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Eugénie ma bien (mal)aimée

C’est encore l’histoire d’une rencontre et d’un coup de foudre !

La découverte à l’automne d’une nouvelle marque (enfin pour moi !) la marque Atelier Scammit. Vous commencez à ma connaitre quand j’aime je le dis et je le répète !!!

Et ce qui me plait en couture c’est l’univers créatif, la bulle de bonheur que l’on se créée. Le plaisir de partager et de toujours apprendre. La joie de la réalisation. Et la magie qui s’opère quand on est en pleine création: le monde semble ne plus tourner, tout est en suspens … on arrête le temps !

Ces sensations, cette impression je l’ai de suite retrouvé entre les lignes de la marque.

Voici la définition de la créatrice :

Vous avez dit Scämmit ?

Figurez-vous que scämmit est un mot qui veut vraiment dire quelque chose, si si !!! Enfin dans mon entourage proche du moins…

C’est un mot inventé par ma sœur aînée quand j’étais enfant, pour définir une sensation qu’aucun autre mot ne définit si bien. Et depuis, il a totalement intégré notre vocabulaire familial.

Être scämmit, c’est être dans un certain état d’esprit: ça peut se rapprocher d’un sentiment cosy, de bien-être ultime, en totale sécurité, complètement dans sa bulle, le tout lié à une activité qui comble au plus profond… En bref totalement moi dans mes moments d’intense bricolage-déco-couture. Une sorte d’état créatif, un ensemble de petits riens qui font tout, que je retrouve étrangement dans le « hygge » Danois dont on parle tant.

Et vous ? Êtes-vous scämmit ???

Depuis j’ai un nouveau mot à mon vocabulaire.  je suis  «  Scämmit »

J’ai du coup voulu tester plusieurs patrons de la marque. Surtout que le bonus, c’est que pour la plupart des modèles, Johana propose de nombreuses variations possibles pour adapter les hauts en robe, modifier les manches, rajouter des volants … on a l’impression en fait d’avoir plein de patrons dans un même pochette !!!

Autre avantage, une vidéo en pas à pas pour chaque patron avec un pas à pas du montage du vêtement et des explications de montage précises et illustrées par des photos.

Bref! aucune prise de tete, que du bonheur et surtout l’impression de ne pas coudre toute seule dans son coin! Ma tablette à coté de ma MAC, Johana « papote » avec moi comme 2 copines !

Cet hiver, la créatrice s’est associée à @eugeniiiiiiiiiiiie pour le design d’un nouveau patron, un « joli modèle aux détails délicats: manches froncées, encolure cache-coeur, pinces poitrine pour un buste ajusté contrastant avec l’amplitude du bas de cette robe, facilement déclinable en blouse. »

J’aime beaucoup aussi cette instagrameuse de renom que je suis depuis pour la poésie et la délicatesse de ses photos.

Alors bien sûr, j’ai craqué comme tant d’autres sur le patron !

C’est à Laval, avec ma jeune padawan de couture, Helene, que j’ai trouvé le tissu que j’imaginais pour ma robe.

Une tres belle viscose rouge à imprimés fleurs un peu japonisantes.

Et j’ai bordé l’encolure avec un biais liberty que je trouve bien assorti

Cette robe je trouvais qu’elle avait un style fou, qu’elle serait tres facile à porter et j’en étais déjà folle !!!

Et pourtant, une fois cousue, j’avoue que j’ai été un peu déçue et surtout tres tres refroidi par l’accueil de cette couture par mon Homme !

Comment vous raconter la chose …

Depuis que je me suis lancée dans ma garde robe made hand made Chéri me suit et m’encourage . on fait une équipe et il me soutient beaucoup par ses remarques et son enthousiasme pour faire les photos portées. C’est tres important !

Mais ce matin , quand je suis descendue avec ma robe, avec le souhait de faire une séance shooting sous le pont Bir Hakeim, le pont aux blogueuses comme dit ma fille (car à chaque fois on peut voir une séance photo), il a complètement bloqué !

ses reactions:  » Euh … tu as encore fait une taille trop grande! Pourtant tu devrais commencer à le savoir c’est pas la première fois que tu couds … On dirait que tu as 10 kgs de plus!  Tu peux pas couper un peu sur les cotes ? Des photos ? Non! Pas comme ça , il faut que tu arranges un peu … ou peut être avec une ceinture ? »

Pourtant j’avais vu et lu les modifications des blogueuses, mais … je sais pas pourquoi au moment de la coupe j’ai tout oublié !!!

J’ai foncé tête baissée !!!

Les principales modifications étant, de rallonger un peu la partie corsage qui se termine juste sous la poitrine, et de diminuer un peu les fronces; Eugénie porte de façon tellement merveilleuse, elle est est tellement sublime dans sa robe qu’on a toutes envie de s’identifier à elle mais …

Ces modifications sont (en plus!) ajoutées en annexe à la fin du patron en plus d’un ajout de volant aux manches si on le souhaite.

Bref! je ne comprends toujours pas pourquoi je ne l’ai pas fait !!!

Surtout que bien sûr, j’avais coupé une taille au dessus (on ne sait jamais ), et je dois reconnaitre la robe est … bien ample !

Je n’ai pas voulu renoncer à mon Eugénie. mais je ne voulais pas tout démonter non plus !

J’ai posé un élastique au dos de la robe ce qui permet au moins de plaquer un peu le  corsage.

Et j’ai fait mes photos toute seule !

C’était moi ou … Victoria :  j’ai gagné !

Ma robe Eugénie, c’est ma robe pour moi,

ma robe pour danser et imaginer que je suis dans une comédie musicale

que le monde chante avec moi

des filles avec des jupes qui tournent !

dans le monde de La La Land

Bref! je l’aime bien moi ma robe ! Eugénie la bien (mal ) aimée

Peut être est ce style de robe qui ne me convient pas ?

Entre ses envies et ce qu’on porte …

reste à la faire aimer par ma moitié …

Et je vais re-faire une version en blouse cette fois …

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Week-end normand en jupe Berlin @orageuse_pattern

La semaine passée l’été s’est largement invité sur pratiquement (enfin, je pense …? ) toute la France, donc c’est tout naturellement que nous avons projeté d’aller passer le week-end en bord de mer. Dès le mercredi, l’idée de profiter du cadre extérieur pour une séance shooting s’est imposée à moi et c’est avec ferveur que je me suis lancé dans mon projet couture.

Notre destination, Etretat, ses falaises, son Aiguille creuse … est étroitement associé dans mon esprit à Arsène Lupin et je souhaitais une tenue chic, moderne mais un peu façon « station balnéaire » rétro. Je m’imaginais déjà en héroïne de roman, grimpant par le petit sentier côtier sur la falaise !

C’est ainsi que j’ai choisi le patron de la jupe Berlin d’Orageuse Pattern.

Ce patron depuis sa sortie je le regarde et j’en ai envie …

D’abord je l’ai écarté du fait que la marque ne propose ses patrons que sous forme de PDF, ce qui a longtemps été pour moi rédibitif ! Imprimer plus de 15 pages, couper et assembler tous les morceaux ??? Impensable !

Mais ça, c’était avant !!!

Une fois la méthode essayée, ça a été pour moi une révélation !

Tout d’abord, l’assemblage est pour la plupart des marques vraiment facilité par les repères et surtout, cette méthode permet de couper son patron à la taille voulue sans avoir à le recopier!!! Si plutard je veux changer de taille j’ai toujours le PDF sur mon ordi. Cooooooool !

Bref! je me suis mise au PDF, pour les patrons (ce qui me permet d’en acheter 2 fois plus vu le prix !)

Pour en revenir à la jupe Berlin, j’avais commandé le PDF l’été dernier, mais il était resté dans mon dossier Couture, sans suite … Cette jupe me paraissait d’un niveau insurmontable ! Ses poches, les plis, sa doublure … Je bloquais!

Mais en vue de mon week-end normand, et ayant le parfait tissu (selon moi) du combo parfait pour ce patron, et n’ayant que 3 jours, je me suis mise la pression pour surmonter toute appréhension éventuelle ! Plus le temps aux tergiversations …

J’avais déjà cousu un modèle de cette marque (la robe Bristol) ici et je savais que les explications étaient claires et tres abouties ! Chaque pièce possède tous ses repères et crans qui permettent un assemblage facile et parfait ! Je savais aussi que la marque taille plutôt « petit » et qu’il faudrait que je rallonge ma jupe si je souhaitais le rendu voulu.

j’ai ainsi coupé la jupe une taille au dessus de ma taille habituelle et rallongé de 6 cm.

Et là … un vrai bonheur et une satisfaction personnelle de la chose bien faite ! Jusqu’ à présent rallonger pour moi c’était couper avec quelques cm en plus après l’ourlet … A l’arrache et à l’instinct !

Mais ça, c’était avant aussi !!!

A la fin du livret, la créatrice consacre plusieurs pages pour expliquer comment ajuster son patron à sa morphologie (plus grand, plus petit, plus large , plus serré …) et sur les pièces elle indique par des repères les lignes de modifications.

Ajuster un patron devient un jeu d’enfant !!!

Un patron sur mesure !

Quand au tissu c’est encore à l’Atelier de la Création que j’ai trouvé mon bonheur, avec un tres beau tissu Fin de stocks de maison de Haute couture. Marque : Max Mara.

Un tissu jersey bleu à tres fines rayures avec un bon maintien.

Initialement je destinais ce tissu pour une jupe Brume de Deer and Doe, mais après avoir vu la magnifique version de la jupe Berlin de Barbara ici je n’arrivais pas à envisager ma jupe Berlin dans un autre tissu !

Le soucis, c’est que du coup je n’avais pas assez de tissu pour la ceinture … Ma première version (car oui, j’en ai déjà prévu d’autres !!! ), est donc sans ceinture ni passants et du fait de l’élasticité de mon tissu sans doublure ! (je l’ai joué facile cette fois !).

Une fois le patron ajusté et une fois le tissu coupé (je profite pour remercier encore mon Homme qui devient lui aussi un expert en couture ! C’est grâce à lui que je me suis aperçue que j’avais plié mon tissu dans le mauvais sens et que j’ai failli coupé ma jupe avec les rayures horizontales !!! Oh! my God! j’en frémis encore !!!), il ne m’a fallu qu’une après midi pour coudre ma jupe.

J’étais prête pour partir en week-end !!!

Je suis méga fière de ma fermeture (vraiment !) invisible

mais comme je suis méga sympa, je vous montre aussi ce que je suis en train de photographier !

Avec cette jupe, je me sens tres à l’aise ! La fente permet une grande liberté de mouvement et surtout je sais que c’est une coupe qui va tres bien à ma morphologie.

parce que c’est exactement la jupe que je voulais porter pour ce week-end …

parce que que le soleil était au rendez vous … je me suis sentie comme une héroïne !

Pour cette séance photos, j’ai associé ma jupe Berlin avec une paire de Converse blanche, un chapeau de style panama en paille blanc, un foulard rayures/pois et une tres jolie pochette Promod.

et vous ? vous avez fait quoi ce week-end ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mon perfecto Mona version « Christine »

Lors des soldes d’hiver je me suis retrouvée un peu « par hasard  » à la braderie des coupons de la boutique Modes & Travaux à saint Lazare.( pour celles qui ne le savent pas on peut retrouver à la boutique une sélection des coupons saint pierre. )

J’ai ainsi fait l’acquisition de plusieurs coupons à des prix vraiment TRES intéressants!

Dans l’agitation et la folie de ce jour, j’avoue que j’ai surtout craqué pour des  » prix » et pour le plupart je n’avais qu’une tres vague idée de leur devenir quand je les entassais dans mon panier !

J’avais acheté ainsi un 1/2 coupon (c’est à dire 1m50 ) d’une laine bouclée rouge cerise. On était à l’aube de l’hiver, les marques de patron sortaient toutes des modèles de manteaux et j’étais encore un peu sous l’influence de ma cape. J’envisageais ainsi de le destiner à une de ces réalisations.

Apres quelques études plus approfondies des patrons je me suis vite rendue compte que je n’aurais pas assez de tissu : il fallait que je trouve un autre objectif !

La révélation s’est faite pour moi le 27 février ! pourquoi cette date précise et comment je m’en souviens ?

Le 27 février, au Zénith concert de Franz Ferdinand !

Et chez nous on est fan !!!

En cet honneur, je décidais de donner une version rock à mon tissu plutôt très classique  en réalisant la Perfecto Mona Wear Lemonade by Lisa Gachet.

J’avais beaucoup aimé et beaucoup porté mon perfecto de Charlotte Auzou ici. J’aurai très bien pu refaire une même version, mais j’ai voulu changer un peu et choisir cette version avec un col,  le zip caché sous parementure et ses pressions !!!

Ce patron est en plus tres aimablement offert par la créatrice qui nous joint en plus une super vidéo pleine de gaité à son image !

Les explications sont ainsi claires et faciles.

Ce modèle ne présente pas vraiment de difficultés, si ce n’est que mon tissu étant tres épais au final c’est surtout ma MAC qui a un peu souffert !

En suivant les nombreuses remarques des blogueuses j’ai rallongé un peu mon patron.

Mais pas trop car je trouve que c’est un peu le style à porter court.

(Juste à la taille en fait )

Mon plus grand bonheur fut de poser mes pressions qui lui donne bien le cote rock recherché.

J’ai entièrement gansé avec un biais la parementure intérieure. Biais que j’ai chois noir en rappel avec la couleur de mon zip, noir et métal avec une tirette argentée. (je trouve que ce petit détail lui donne bien le style voulu )

Au dos il est coupé en 2 pièces avec un large empiècement

Les beaux jours revenant Mon photographe préféré s’est proposé de shooté mon perfecto en extérieur .

Instinctivement on pensait s’orienter vers des quartiers animés comme Beaubourg, mais c’était sans compter les grèves ! On a choisi de jouer la sécurité et de rester plus sagement dans L’Oise.

Ravis de la douceur printanière, on déambulait le long de l’Oise dans la charmante petite station balnéaire de L’Isle – Adam

Prenant les poses entre 2 sms

Quand au détour du chemin c’est là qu’on l’a vu !

Faussement sage devant la terrasse d’un restaurant

Les chromes brillants, prête à rugir à bondir !

c’est avec respect et prudence que je me suis approchée

Tout de suite nous avons pensé à une célèbre voiture !

Une Plymouth Fury de 1958 héroïne du film du même nom de John Carpenter

une automobile surnaturelle et malveillante qui prend petit à petit le contrôle de l’adolescent qui l’a achetée et qui tue ceux qui essaient de les séparer

(vous comprenez pour quoi je suis méfiante !!!)

En rouge et en hommage à ce film mon perfecto s’appelle Christine !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La blouse espion qui venait du froid !

Je continue mon petit retour en arrière sur mes cousettes déjà réalisées portées et pas encore shootées !

Voici une blouse qui n’a failli jamais voir le jour, qui a failli finir au fond de la corbeille, rejetée, abandonnée … au fin fond de la steppe et des nimbes hivernales !

Petit avertissement :

Lecteur, si tu es pressé, va directement aux photos à la fin de l’article, car c’est un véritable roman que je vais écrire! Bon, ça fait longtemps aussi que je n’ai pas publié, j’espère que vous me pardonnerez, et surtout, parce que l’histoire de cette blouse a traversé tellement de rebondissements que c’est presque un film !!!

Tout est parti de la couverture du Modes & Travaux noel 2016, un patron d’une tres jolie robe rose poudrée, asymétrique qui m’a fait craquer et qui m’a fait acheter de suite le magazine. Je sais pas pour quoi, mais les robes asymétriques, c’est à dire plus longues derrière que devant me font toujours fondre d’envie ! Peut être le coté traîne de princesse ? Peut être le coté faussement habillé ? Je sais pas !!! Mais chaque fois que je vois un patron avec la jupe plus longue derrière : j’achète !!!

Mais quelle fut ma déception quand après lecture dudit magazine je me suis aperçue que le patron n’y était pas et avec aucun moyen de me le procurer ! A l’intérieur on peut acheter la version enfant et poupée uniquement !!! Tu parles d’une publicité mensongère …

Déception d’autant plus grande que j’ai vraiment cherché par tous les moyens de l’obtenir : j’ai téléphoné, écrit avec enveloppe timbrée pour le retour … je me suis rendue à la boutique de Paris gare Saint Lazare … en vain !!!

J’avais abandonnée de guerre lasse, mais j’avais fait quand même l’acquisition d’un coupon de 3 m d’un beau crêpe rose poudré … On sait jamais !

Et justement Le Laboratoire Familial propose la jupe Olympe avec cette asymétrie devant/dos.

J’aime beaucoup le visuel de la marque, l’esprit du site et les patrons sont je trouve toujours tres chics. Toujours dans mon optique de découverte, telle une enfant dans ce nouveau terrain de jeu qui est l’univers de la couture et désireuse de tester une nouvelle marque, j’ai investi dans ce patron ainsi que celui de la blouse Salomé. (ben oui! tant qu’à faire de payer des frais de port, il faut que ça soit rentable ! Non ? 😉)

On était à la fin de l’été (septembre si je me souviens bien …), je savais que j’avais le temps pour réaliser ma robe de Noel. Je me voyais déjà toute de rose vêtue, accrochant mes étoiles au sapin, une flute de champagne à la main, une douce musique des « Anges dans nos campagne » en fond sonore, ma petite Princesse (avec une version mini de ma robe, avec 3 m j’avais de quoi !) en émerveillement devant le lumières des bougies et des décorations …

Quel charmant petit tableau !!!

Pour me « faire » à la marque et en raison des beaux jours de l’arrière saison, je décidais de tester d’abord le patron de la jupe sans aucune modifications … (jupe que je ne vous ai pas non plus encore dévoilée d’ailleurs ! j’espère vous faire un shooting en extérieur …)

Je ne vais pas m’attarder sur cette réalisation si ce n’est que j’ai regretté un peu l’achat de mon patron, qui ressemble vraiment beaucoup au patron de la jupe Robe LAParisienne en été mais avec beaucoup moins d’explications !!!

Vous savez que je suis fan de la marque Louis Antoinette, je ne m’en suis jamais cachée et je le crie volontiers sur tout les toits et dans tous mes articles …

Mais j’ai aussi un code d’honneur, une déontologie qui m’empêche de copier et pirater sans payer. C’est pour ça que j’ai voulu acquérir ce patron de la jupe Olympe. J’estimais que la créatrice avait eu la bonne idée de créer cette assymétrie et que je me devais de ne pas lui chopper cette idée sans une reconnaissance de son travail! Je suis toujours TRES respectueuse du travail des créateurs et connaissant les difficultés rencontrées j’essaie toujours d’être honnête.

Je n’aime pas critiquer, mais j’avoue avoir été tres désapointée quand j’ai vu que les explications tenaient en une seule page, écrite en tout petit …

Quand j’achète un patron, j’achète un modèle , une coupe mais aussi des conseils et des astuces de couture.

Et là … rien ! Je sais bien qu’un patron ne doit pas se substituer à un cours de couture, mais …

La pochette est toute simple aussi (une enveloppe cartonnée)et je n’ai pas retrouvé toute l’élégance, le chic de la marque.

La jupe étant assez simple je n’ai eu aucune difficultés à la réaliser, mais je suis restée avec un arrière gout de m’être fait un peu avoir !

Quand j’ai voulu m’atteler à la confection de ma robe, je comptais mixer la jupe Olympe pour le bas et la blouse Salomé pour le haut.

Première difficulté, la blouse Salomé s’ouvre entièrement dans le dos (c’est ce qui en fait son charme !), et je ne sooutais pas une jupe ouverte et boutonnée dans le dos du fait de la coupe en arrondie et plus longue. J’ai du couper ma jupe sans compter cette ouverture.

La jupe Olympe est montée à plis et je souhaitais une jupe froncée. Il a fallu donc au final que je retrace entièrement mon volant …

J’ai du aussi modifié la ligne de taille pour la rehausser un peu.

Mais à ce stade j’y croyais toujours !!!

Premier échec, mon crêpe était un peu transparent  et entre l’ampleur de la jupe , le volume total du fait de la longueur, l’ensemble n’avait aucun tombé,  et je me voyais mal rajouter une doublure qui aurait alourdit l’ensemble encore plus créé un effet « rideau » ! En me voyant dans la glace, j’avais une impression d’abat jour, un tonneau sur pattes …

Apres, un temps de réflexion, c’est à dire un temps de bannissement de ma cousette au fond du placard, je décidais que mon tissu n’était peut être pas compatible avec ce type de patron et j’optais pour transformer ma robe en blouse. j’avais mon patron de la blouse Salomé sous la main et j’avais vu des versions tres jolies sur les blogs, j’étais de nouveau motivée !!!

Entre temps j’avais coupé, et cousu la robe de ma princesse dans le reste de mon coupon.

J’ai donc taillé gaillardement dans mon jupon pour faire le volant. Il m’a fallu plusieurs coupes pour faire à peu près la bonne longueur et la bonne ampleur. Le volant de la blouse Salomé est vraiment tres tres froncé et je souhaitais un peu diminué l’effet montgolfière sur le bidon …

Tout le chic de ce patron, est comme je vous l’ai dit dans le boutonnage entier du dos. Le devant est quand à lui tout simple, avec un décolleté arrondi, pas trop ouvert mais pas non plus monté! Une petite enforme pour les finitions … que du classique quoi !

Pour accentuer ce coté précieux, je décidais de tout miser sur ce boutonnage et de confectionner des boutons recouverts dans mon tissu afin de signer vraiment avec élégance le dos .

J’avais aussi envie de rejouer avec mon petit joujou Prym ( je vous en parlais ici).

Mon tissu étant pas tres coopératif, j’ai préfère rester prudente et je n’ai pas fait de boutonnières, mais juste cousu mes boutons (la blouse s’enfile sans déboutonnage, et d’ailleurs n’ayant pas de petit personnel sous la main, je ne vois pas comment je pourrais boutonner ma blouse sans aide …).

Bref! j’avais cousu une blouse ! Une version de Salomé.

Mais comment dire … j’avais tellement rêvé ma robe … que j’ai toujours un peu de mal à regarder avec complaisance ce top. je sais pas … Je reste toujours mitigée devant le résultat … Déçue aussi des « tonnes » de chutes foutues que j’ai mis à la poubelle … Une impression de gâchis, de forage total !

Et pourtant je la porte régulièrement …

J’aime bien l’associer avec mon gilet Old Romance.

  

Mais j’ai quand même du mal à l’adopter sereinement !

Et encore plus de mal à organiser un shooting …

C’est donc chez moi et toute seule que je vous la présente …

La lumière n’est pas tres bonne … mais c’est parti pour le défilé !

de face …

de dos  …

Et avec mes super jolis collants Calzedonia dont je suis fan !!!

voici l’histoire de cette blouse, j’espère maintenant l’apprivoiser totalement !

Vous en pensez quoi ?

Et en bonus un petit aperçu de la version mini, pris au vol …

avec un jupon de tulle rose pour l’ampleur et un transfert d’ailes argentées FrouFrou au dos

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mon pull hiver « We can be heroes » de Regina Moessmer

Le printemps commence un peu à pointer le bout de son nez et je m’aperçois que je suis très en retard dans mes publications ! …

Ce pull terminé en ce début d’année fait partie du lot, le pull We can be heroes de Regina Moessmer.

J’avais vraiment craqué sur ce modèle et en particulier par la tres jolie interprétation de elsebethj’s.

Il était dans ma Do-liste de cet hiver et je me suis tenue avec plaisir à le réaliser et encore plus de bonheur à le porter. Commencé le 12 janvier je l’ai achevé le 16 février. Un mois pour tricoter un pull, c’est pour moi une moyenne tout à fait satisfaisante !

Je l’ai réalisé avec de la laine Drops, la Puna. « La douceur du pur alpaga « 

DROPS Puna est un fil doux, léger, merveilleusement chaud composé de 100% pur alpaga qui est parfait pour pratiquement tout type de vêtement – merveilleusement agréable à porter à même la peau! Composé de 4 fils d’alpaga « superfine », ses fibres ne sont pas traitées, ce qui signifie qu’elles sont seulement lavées et ne sont exposées à aucun traitement chimique. Ceci met en valeur les propriétés naturelles des fibres et donne en même temps une meilleure forme et qualité de texture.

J’ai beaucoup apprécié de tricoter cette laine qui donne un aspect régulier au travail et qui ne nécéssite pas de blocage .

Et c’est vrai que c’est un fil tres chaud et tres doux !

J’ai utilisé 9 pelotes pour une taille M. Mon échantillon étant conforme je l’ai tricoté avec des aiguilles numéro 4. (comme préconisé)

C’est un modèle en top down (tricoté du haut vers le bas) ce que j’apprécie beaucoup et en anglais mais avec la méthode allemande des rangs raccourcis.

On commence par l’encolure. Pour ma part j’ai tricoté mes rangs de cotes du col en premier et à la suite mes mailles pour le corps ce qui m’a évité d’avoir à remonter des mailles par la suite.

On continue avec le motif des torsades qui donne la forme et la fantaisie du pull. Puis on sépare les mailles pour les manches et le corps.

J’ai beaucoup aimé aussi le détail des manches qui reprend les torsades de l’encolure.

Je les ai tricotées (peut être ?) un tantinet trop longues, mais cela me donne l’avantage d’en faire vraiment un pull doudou !

Le poignet se termine par un rabbatage des mailles en icord.

Je m’aperçois que cette finition n’est pas top pour moi. je tricote tres souplement et encore plus pour cette finition. Du coup je trouve mon poignet un peu « lâche » . Avez vous des conseils à me donner ? Peut être faut il que je descende de numéro d’aiguilles ? C’est un point que je dois travailler car je trouve cette finition tres jolie et je m’aperçois qu’elle est est souvent utilisée …

Si ce n’est ce point de détail, je n’ai vraiment rencontré aucunes difficultés pour ce modèle.

Les explications sont tres claires et aisées à lire. On suit rang par rang sans se poser de questions!

Les dimensions sont parfaites en ce qui me concerne et l’ampleur juste ce qu’il faut  …

Inspiré par la réalisation de elsebethj’s j’ai choisi une couleur écrue qui met bien en valeur le point de torsades et lui donne un petit ait de tricot irlandais, un petit air hivernal de douceur .

Il va tres bien en mode sport avec un jean et parfait pour des balades en pleine nature !

C’est un pull « intemporel », un classique que je sais ne pas me lasser …

Je ne peux pas terminer cet article sans un petit clin d’oeil à ma fille et mon homme qui approuveront le choix de ce modèle pour son nom. Comme la chanson, ce pull a un petit coté iconique.

Une légende ne meurt jamais …

I, I will be King
And you, you will be Queen
Though nothing will drive them away
We can be heroes just for one day
We can be us just for one day